Grand écart

Publié le 24 Juin 2014

L’écume des jours et la voie de la rampe ; deux voies de 400 mètres qui sur le papier semblent de difficulté similaire. TD+ et ED-, c’est blanc bonnet et bonnet blanc ! Quid de la plus technique alors ?? Une ED- spittée ou une TD+ sur pitons ?? Et oui, le débat sur les cot’ ne cesse de faire couler de l'encre … Mais il faut le reconnaître, c’est un débat aussi useless qu’un frisbee convertible en gamelle pour chien car celui-çi ne fait pas vraiment avancer le schmilblick !

Grand écart

L’écume des jours. Une première visite à l’époque sur le spigolo des tenailles avec « l’infini péril de la volupté » avait défrayé la chronique chambérienne au rayon éthique du tracé. Effectivement, ça paraissait un peu bizarre de proposer une telle combinaison suite à un fourvoyage. Mais ne jetons pas la pierre au maître (surtout que la team Chambéry comporte quelques belles boussoles ;) Celui-ci concédait bien volontiers s’être planté et être allé simplement au plus beau, pour se faire zizir. Alors pourquoi pas au final ??? Dans le Verdon, ceci est chose commune et certaines combinaisons deviennent même des classiques. Pour revenir sur cette voie un peu batarde, avec un cadre idyllique, un rocher de fou et une ambiance de malade, on était sur un solide diamant.

Grand écart
Grand écart
Grand écart

Deux ans plus tard, Gaspard n’est toujours pas dans le 6c. Lucie et moi retournons donc seuls un chouïa à droite vers le grand doigt. Les fleurs tapissent encore la petite clairière au pied des tenailles, le pierrier est toujours aussi pénible mais a-t-on déjà vu un pierrier agréable ? Et Même si l’ambiance est moins prenante et les cotations un peu plus modestes, l’ensemble est presque aussi classieux et grimpant, à faire donc ! En plus avec le 4*4 de beau papa sur les chemins, c'est un vrai boulevard. Les gens y croient que t’es pompier ou sauveteur et s’excusent en te laissant passer. Il est vrai que tu n’es pas là pour y passer la nuit, tu dois sauver le monde bordel !

Grand écart

Ouais, poussez-vous de la piste, je suis le boss !! Encore un putain de chat coincé sur un toit à sauver !!

La voie de la rampe. Un vieux projet, sans cesse retardé car on a toujours un peu la flemme de se lancer dans des voies comme ça. Yannick Seigneur y signa là un itinéraire à la logique implacable, comme souvent dans ce genre de voies. Avec une douzaine de clous au baudard, il fallait une belle dose d’audace pour forcer un passage dans ces murs délités bardés de surplombs. Assurément une superbe ouverture pour l’époque et qui reste aujourd’hui un joli morceau de varappe non aseptisée. Brevet Chartreuse fortement recommandé pour évoluer dans cet univers sans risquer la crise cardiaque !!

Grand écart

Une météo injustement alarmiste ordonne un réveil douloureux. Dans le vague, je laisse la boussole suisse armée de son non-smartphone ignorer les indications on ne peut plus limpides du topo. Au bout 1h30, on finit quand même par buter au pied du chantier. Hum, un bon passage dans des couloirs à 45 en défend l’accès : quel plaisir de sentir l’adhérence de la speed cross en fin de vie ! Enfin, Nous voilà au pied de cette fameuse rampe. Monsieur Lestienne attaque. Anesthésié par le cagnard, je me laisse guider avec nonchalance. Pourtant, les nombreuses traversées et le rocher délicat devraient inviter à plus de concentration. A quelque chose comme R7 ou R8, je reprends les rennes de l’ascension. Hum, des pieds cartonesques, des pitons qui bougent, un 6c grimpant : me voilà réveillé … Le 7b suivant restera non libéré : petite tension avant d’artifer le toit, pendu à un piton la tête en bas. Pas vraiment envie de faire de l’agressive testing là !

Grand écart
Grand écart

Hum après, y a la longueur qui fait un peu peur. Ça commence par un superbe éperon … herbeux à 60°. Ensuite, une dalle en 5 surexposée sur 15 mètres. Puis comme t’es malin, à l’attaque de la fissure, tu coinces ton 3 pour te protéger … Plus haut tu le regrettes, car tu l’aurais bien remis ce putain de 3 à la place de ces coins de bois que tu retires à la main ! Il commence à être loin ce dernier piton, non ??

Grand écart

Pas de panique ! Au lieu de regarder bêtement ce point qui s’éloigne, il suffit simplement de grimper et un nouveau piton se rapproche ! CQFD ! (Ndlr : l’auteur décline toutes responsabilités quant à l’application systématique de la démarche.) R15, relai sur le pain sommital idéalement placé, il a dû en voir passer le bougre des cordées heureuses de retrouver la douceur de ce plateau.

Grand écart

Blanc bonnet et bonnet blanc ! Non pas du tout, on m’aurait manti ?? (Désolé, je devais la placer celle-là.)

Grand écart

Rédigé par Fabrice

Publié dans #grimpe

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article