Reanudación

Publié le 5 Juin 2014

Couenne & moulinette … Un cocktail qui distille autant de saveurs qu’un steak de tofu aux brocolis … Pas très sexy, mais rien de mieux à se mettre sous la dent ce printemps, la faute à cette saloperie d’algodystrophie ... Le temps est pourtant venu de prendre de la hauteur, de ressortir la quincaillerie alors direction l’Espagne et en avant Guingamp ! D’emblée, nous prenons un but dans Carmina burana. Un beau but parking car Saint Guilhem le désert un jour férié, ça porte fichtrement mal son nom. Saperlipopette, nous nous enfilons donc les 500 derniers kilomètres pour rallier la majeurissime falaise de Montrebei, livre ouvert de 400 m sur les vastes prairies catalanes. Demain, Laure, Lucie, Sylvain et l’éclopé de service partirons pour une belle TD, le dièdre gris. Un bon gros Levy ou consorts en quelques sortes, rien de très compliqué sur le papier mais faut néanmoins tenir le rythme pour en voir le bout.

A peine la tente montée, Sylvain, aussi à l’aise avec une bière vide qu’avec une carte routière décrète le début de l’apéro qui coïncide également avec celui des moustiques … Plat de pasta et au dodo : overdose d’asphalte.

Reanudación

Requinqués par une bonne nuit, le sentier des gorges nous pose au pied de la paroi : bigrement raide et impressionnante. Par contre, une cordée d’Espagnols semble faire du sur place à R2 … ça m’hérisse le poil d’entrée de jeu. A mon approche, une fois n’est pas coutume, le leader, facile, passe le turbo et s’envole littéralement: un truc de fou. Sa seconde, dont c’est la première grande voie (sic!) douille un peu plus mais garde le moral. Elle me dit qu’elle fait plutôt du bloc. Moi, je lui réponds que Montrebei, c’est un peu plus haut que du bloc ! Francesca (nom d’emprunt) rie aux éclats avant de lâcher à son premier de cordée:

« Tira à muerta sur cette puta de corda !! »

Reanudación
Reanudación

Esthétiquement parlant, le tracé de cette ligne frôle la perfection. Seule la traversée initiale au demeurant fort astucieuse vient briser l’élan de ce dièdre, qui sur 400 mètres et des brouettes permet de revisiter toutes les techniques et variations autour de la fissure dans du gros gros gaz. Chose rare mais pas vraiment un Levy pour le coup, quelque chose de plus rugueux : un bon pavé de Bergson sur la métaphysique tient. Nous sortons donc heureux, tout le monde a l’air en forme, j’avoue être rétamé. Une petite trempette dans la rivière vient chasser la fatigue et le sel sur la peau. Apéro !

Reanudación

Pour le dernier jour dans le coin, voie courte de repos pour les uns et repos tout court pour bibi: bouquinage et siestage au pied de la falaise avant de partir pour les Terradets. Pan, encore une grosse face de 500 m. Vendu pour du ED, c’est une blague, un scandale, une arnaque, une … péninsule ! Non, juste une très belle TD+. Rien à signaler jusqu’à arriver au niveau d’un tas de plume défendu par un B52 somme toute impressionnant. Même si nous arrivons à contourner l’oisillon qui fait déjà sa taille, la longueur est réalisée en serrant les fesses mais en beau style. La suite de la journée n’est pas de tout repos, difficile de suivre le rythme imposé à savoir une longueur = une bière.

Reanudación

Ouais ben viens aux Terradets, pis t'auras plus trop peur des canaris !!!

Reanudación
Reanudación

Encore un lever aux aurores, encore un beau voyage assez sérieux dans cette Roca Regina et une ambiance géniale dans le haut ! Direction à présent Vilanova pour une face qui fait vraiment envie mais but weather conditions. Retour en France via Saint Guilhem et retentage de cette carmina plutôt sévèrement burnée. Ce pilier est esthétique, c’est indéniable. La grimpe est atypique c’est indéniable mais quel putain de vent ! Content d’en finir. Le lendemain un sombre complot transforme une séance de couenne en visite de cave vers le pic Saint-Loup. Retour en douceur et découverte des tannins locaux. Hasta luego !

Reanudación

Rédigé par Fabrice

Publié dans #grimpe

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alcootest 06/06/2014 10:23

"une grosse face de 500 m"
Donc a peu près 15 longueurs
"le rythme imposé à savoir une longueur = une bière"
On est pas loin de faire un coma éthylique là non ?!

Putain on ne te voit pas dans l'eau bibi... Refus d'obstacle ? ;-)

Sylvain 11/06/2014 21:47

Pour être franc, il reste quelques bouteilles a finir pour faire le quota.
Faudra d'ailleurs se pencher sur la question ;)

blogmaster 06/06/2014 14:20

Et si, j'étais dans l'eau (monstre chaude d'ailleurs) et en plus, j'ai pris la tof ! Un truc de fou quoi !