Ménage de printemps !!

Publié le 4 Mai 2016

Alléluia ! Enfin, un truc sur MP, ceci après un silence radio quasi semestriel. Il est donc temps de résumer ce qui s’est passé … soit autant de trucs que dans la saison 5 de game of thrones, c’est-à-dire pas grand chose … Flashback sur le pourquoi du comment …

Ménage de printemps !!

L’hiver … L’hiveroutétai ! Putain, ça avait pourtant bien commencé. Décembre 2015, parking du Fournel … Certes l’ambiance était un chouïa bizarre. Ce truc blanc qui d’habitude sert à faire venir les parisiens à la montagne faisait grève. Remarque, on n’était pas trop emmerdé pour savoir si c’était raquettes ou skis ; une paire de tongs aurait largement fait le job. Un bon point. Le mauvais point, c’était le thermomètre qui avait vraiment du mal à passer dans le négatif. Et en cascade de glace c’est un problème important. Heureusement, y’a aussi le phénomène de stratification et le rayonnement vers la voûte céleste mais au pied de la cascade, le visuel n’était tout de même pas folichon. On avait un peu du mal à corréler la photo du topo avec la réalité de ce « monde des glaces » liposucé. M’enfin, on était allé voir. Et puis ça l’avait fait, avec en prime une belle colonne d’une trentaine de mètres négociée à la régulière, au plus raide. Le lendemain, on avait remis ça au grand Laus avec JB … Chauds pour le reste de la saison !

Et puis, c’était sans compter sur cet hiver bi-polaire qui soufflait le chaud et le froid. Avec ces gradients importants, les voyants sur ice-fall restaient désespérément au rouge … comme moi … Obligé de ressortir les skis et même une paire de baskets … El nino, los bastardos nous gratifiait de conditions particulièrement agréables pour jouer à la pétanque: les nomics avaient failli finir sur le bon coin !

Ménage de printemps !!

Failli car nous avions tenté un dernier va-tout dans le 05 avec Laurent et même Lucie ! Après un brassage antologico-punitif, nous nous échouions seuls sous la belle colonne de cristal salace. 350 m de D+ arrachés en 3 heures : de quoi faire péter un hi-score sur strava rubrique « arrête le sport ». Le cigare lui, avait été un joli combat de rue enlevé à la hussarde. Combat, où j’avais un peu trop donné de ma personne … Y a des jours comme ça : pan ! -20 points de confiance. Bref, Le lendemain nous tentions Cervières sur les bons conseils d’Hugues Jaillet alias guide05 sur C2C. Vue de loin, la base du tube nous apparut manquante. Nan en fait, y avait quand même une, certes mais aussi solide qu’un os de poulet. Autant dire que tu faisais pas le malin au pied. Quoiqu’il en fût, j’avais voulu le négocier en tête, il allait falloir faire péter le swing délicat, le swing petit chat pour ne pas trop titiller ce superbe glaçon. Après cette toute belle ligne, nous écumâmes le reste de ce spot lumineux jusqu’à l’ouverture de bras totale …

Ménage de printemps !!
Ménage de printemps !!

Printemps … Reprise de la grimpe ! Un petit réveil musculaire à Finale et nous voilà déjà en quête d’une destination pour la semaine GV. D’abord imaginée en Croatie, nous finirons en Ariège à Sinsat … Oui, l’Ariège c’est nettement moins loin pour une semaine. Donc le Quié. C’est vraiment une sacrée belle barre de calcaire mais une fenêtre de tir pas évidente, sauf pour les chasseurs qui semblent mieux lotis que les grimpeurs (ndlr ; faudra que la LPO m’explique 2/3 trucs là). Malgré cela, une destination qu’il me tardait de découvrir. Il est vrai que l’écumage assez intensif des 15 dernières années nous a fait découvrir pas mal de belles falaises, où l’on retourne toujours avec plaisir. Mais il est un plaisir encore meilleur, celui-ci de la découverte. Sur place, nous prenons la température (et surtout le vent) dans Lisa: bonne pioche c’est beau !

Le lendemain, David et Julie parcourront l’intégrale d’Anaïs tandis que Lucie, Gégène et votre serviteur jetterons notre dévolu sur la Pascal. Comme dirait Gégène, la Pascal pour les vacances de Pâques, ça claque. Voici une voie résolument vintage ! Et le vintage est à la mode, c’est un fait. Rien qu’à voir le nombre de sites de brocantes aux petits oignons, véritables pièges à bobos qui en ont ras le bol du catalogue Ikea. Au diable, le propret, ce qu’on veut, c’est de la patine, de belles veines sur le bois, des tâches, bref un truc avec une histoire remis au goût du jour. Pour la grimpe, c’est pareil, un petit lifting sur ces vieilles grands-mères (deux bon spits de 12 à chaque relai) et en avant Guingamp !!! Ouais en avant … au pied de la face, j'ai l'impression que Guingamp va faire mumuse avec le Real Madrid.

Ménage de printemps !!
Ménage de printemps !!

Le socle est pénible, accrobranche et dalles expos, et puis une longueur sale en 4+ pour salir les souliers. La suite est vraiment impressionnante. Au pied du mur, on se sent un peu écrasé par cette ligne évidente qui raye cette pelle en plein centre. Je tente le petit crachat pour nettoyer la gomme des katanas mais rien ne sort. Et me voilà sans transition dans du raide un peu expo : Un 6b pas trivial ! Sous le 6c, je suis donc un peu tendu et en plus Gégène ne fait pas attention, il met sa tête partout. Après avoir à moitié assommé l’animal avec un mawachiguéri sans même m’en rendre compte, je m’élève prudemment dans la mâchoire de pierre équipée de punaises douteuses. Avancer dans ce bousin demande du métier : lâcher ses munitions au bon moment, gérer les bras et surtout ne pas faire confiance à ces points cartonesques !

Donc une varappe exigeante où Il faut remettre en route l’Algo TA. Au début, on sort jamais la bonne taille et au bout de deux longueurs, on protège comme notre Gilbert national joue du piano ! C’est-à-dire qu’il reste encore des progrès à faire mais ça fonctionne. La suite se calme sur le papier mais invite à ne pas trop négliger son sujet quand même. Au bout de cinq heures et des brouettes, ma foi, on est content de relâcher la pression …

Ménage de printemps !!

Le lendemain est un day off négocié de main de maître. Les thermes et leurs eaux bienfaisantes nous permettent de détendre nos petits muscles meurtris avant un ultime corps à corps et surtout une ultime putain d’approche. Car avant de faire valoir son droit à grimper ces belles falaises, il faut s’envoyer une marche pas franchement discount. Voilà la dernière belle voie : les plaisirs de la pierre, ben voyons, c’est à la fin de la voie que je constaterai une tendance SM des ouvreurs. Faut dire qu’une paire de katanas pas trop faite a bien participé à cette impression sur cette dallouse de 300 mètres ...

Ménage de printemps !!

Rédigé par Fabrice

Publié dans #montagne

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Gegene 10/05/2016 18:32

Yeahhhhh !!!
Montagne plaisir plus réactif que webmontagne !!

Travelski 10/05/2016 18:28

Pas mal le flashback! En tout cas pour un ménage de printemps c'est réussi :)
Que la grimpe soit avec vous cet été !