Publié le 28 Novembre 2011

Et oui, un nouveau concept météo est né, ou lorsqu'une fin novembre, vous êtes en T-shirt à 2000 m d'altitude ... La saison de grimpe n'en finit décidément plus et comme personne ne veut aller en montagne, nous partons pour les tours d'areu (areu) sur une idée de Jérémy. La montée est vite avalée et rythmée par les blagues subtiles d'un Gégène en très grande forme, as usual. A l'heure du choix, me sentant un brin fatigué, je dédaigne me mettre la trash dans alcootest avec les annéciens... Nous reviendrons !

 

C'est donc parti pour saix toy ... Balayons d'emblée l'intérêt grimpistique : c'est franchement nul. Equiper des bouses pareilles, ça devrait être interdit !!! Rocher souvent moyen, équipement vraiment pas top, une longueur de jolie sur 200 m, le tout encensé par des commentaires dithyrembiques à tendance marseillaise ...

 

... Alors on va me dire que j'ai qu'à équiper pour voir si je fais mieux ! Certes ce n'est pas un travail facile, mais une voie est faite pour être répétée et si elle est moche, ben ça sert à rien d'équiper. L'erreur est humaine mais encore faut-il rester honnête sur la beauté de sa réalisation ou faut vraiment pas être difficile.

 

P1070866

 

Guillaume dans L1 : notez la trajectoire inhabituelle de la corde ...

 

P1070867

 

... qui confirme le but dans L1, but partagé par l'ensemble de grimpeurs !!

 

P1070875

 

Clara sourit, mais c'est juste pour la photo ;)

 

 

P1070874

 

Premier temps ...

 

P1070877

 

... Deuxième temps !

 

Bref, nous sommes bien déçus et entamons illico les rappels. C'est alors que l'ami Guillaime, sur un coup de génie digne d'un e=mc², nous sort un incroyable 40+40=60 m. Médusés par ce raisonnemnt venu de l'espace, nous regardons le futur BE s'échouer sur une vire à ... 20 m au dessus de plancher des vaches: CQFD;) Situation qui ne serait pas vraiment grave si le dernier rappel n'était pas franchement décalé ... Il faut donc aller chercher le naufragé sur son perchoir via un pendule décallé et stabilisé par un fake bequet ... Enjoy ;)

 

P1020389

 

Un couché de soleil qui sauve les meubles ...

 

De retour aux sacs, le mont blanc s'enflamme, saluant ce sauvetage effectué de mains de maitre ... Aux dernières nouvelles, le PGHM aurait approché bibi qui aurait refusé l'invitation, prétextant un style vestimentaire douteux et un nombre de jours de congés absolument pas au niveau de son employeur actuel.

 

Dimanche, le reveil fait mal, la marche d'approche aussi et me rappelle qu'on n'a pas bu que de l'eau hier soir. Après 1H30 d'effort, nous voici tout de même au pied de la fameuse Coupé, une classique qui raye la très esthétique aiguillette Saint-Michel. Passé la première longueur, la grimpe est intéressante et soutenue. Au final, une très belle voie parcourue dans un cadre idyllique et qui clôture sans doute la saison grimpe 2011 ... En attendant la neige !!

 

P1020403

 

Iliana en grande forme !!

 

P1020411

 

Nous n'irons pas plus haut !

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #grimpe

Repost 0

Publié le 6 Novembre 2011

A peine revenus du pays de la fissure, nous voilà repartis pour de la grimpe, encore, mais dans un style cette fois-ci diamétralement opposé : le Verdon : quatre jours de réglettes, de gouttes d’eau (y aura aussi pas mal de bières), de dalles grises, de rocher fabuleux, le tout dans une ambiance du tonnerre. Camp de base à la très agréable Sof, non loin d’un lac à l’esthétique tout à fait acceptable.

 

verdon-2011 0963

 

  Bucolique ...

 

J1. Nous commençons par les mains dans le sel, une très jolie voie et surtout un beau voyage qui descend au plus proche du Verdon. Le style est varié mais assez fissureux, ce qui permet une transition en douceur. Une journée plutôt sympa pour attaquer sa trentième année Lucie ?

 

verdon-2011 0974

 

L'équipe du jour, plutôt de bonne humeur !!

 

Verdon 054

 

Tiens, Gaëtan aurait grimpé avec nous ce we ??

 

J2. Comme Aurélien joue les malades imaginaires pour échapper à (aux) l’enragé(s), nous grimpons finalement avec le fiston. Mais malgré ce mal d’épaule, celui-ci reste plutôt inventif quant à trouver de nouvelles fonctions à certains accessoires de la maison ;) Ames sensibles, s’abstenir !!

 

La voie se révèlera être une très belle surprise. Phoebus propose en effet une escalade très technique mais surtout superbe. Le Verdon comme on l’aime, sublimé, il faut le dire par ces lumières et ces couleurs d’automne.

 

verdon-2011 0982

 

Technique !!

 

J3. On reste dans le difficile avec une voie plus austère, comprendre : on évolue à l’ombre d’un pilier avec moins d’ambiance mais les longueurs, intrinsèquement, sont démentes. Le dernier 7a de 50 mètres achève le peu de velléité que j’avais à enchainer sur une autre voie. Fix et moi prenons ensuite la température de ce qu’est une high line en faisant les cochons pendus assez loin du plancher des vaches. Mini saut en base pour Fix, séché assez rapidement par la longe.

 

verdon-2011 1003

 

Na na na na na ... na na na na ... " La slack, ça prend vraiment du temps, mais quand t'es bon, ça va plus vite."

 

verdon-2011 1019

 

Fix se régale, il en profite à fond car ... il n'en fera qu'une ;)

 

J4. Allez, encore une petite ligne pour finir ce stage Verdon avec en clôture le 6b+ le plus dur de toute l’histoire de l’escalade. Les mains sont douloureuses, le corps est fatigué, l’esprit heureux. Ça sent la fin de saison tout ça !

 

verdon-2011 0998

 

Ambiance ...

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #grimpe

Repost 0

Publié le 3 Novembre 2011

Le Yosemite : un vieux rêve et un rendez-vous raté, il y a cinq ans avec le groupe espoir. Depuis, pas mal d’eau a coulé sous les ponts et le bonhomme a posé du camalot en quantité. C’est donc avec Greg et Lucie que je pars rendre visite au granit le plus célèbre du monde avec comme objectif principal le half dome (sans déconner !!).

 

A San Francisco, on prend tout de suite le pouls de la démesure américaine, autoroutes en ville, voitures (et gens) énormes, bouffe limite comestible ;) Bienvenue au pays de l’oncle Sam. Une fois la voiture récupérée, nous partons illico pour le yos où il n’est vraiment pas facile de crécher. Mais bon, une tempête nous chasse provisoirement. Première vision du half dome et d’el cap : c’est fat !

 

P1010502

 

Ben voilà, on y est, y a plus qu'à !!

 

Pendant que la neige tombe, nous faisons un petit tour à Séquoia Park et Kings Canyon. Deux belles journées mais j’avoue avoir plus envie de grimper que de faire de la botanique. Il me semble difficile de construire une phrase sans « Putain, j’irais bien grimper au half dome », au grand désarroi de mes acolytes.

 

P1020090

 

J'ai trouvé un nouveau taf au marketing chez La Sportiva ... On tente ??

 

Trois jours plus tard, le santa fé est de retour au temple du big wall. Le premier siège consiste à faire la queue devant la cabane du ranger pour avoir une place à camp 4, un exercice douloureux à cinq heure du mat lorsqu’il gèle. Le soleil refait enfin son apparition et nous en profitons pour prendre la température dans serenity crack. Une belle voie où l’on ne se fait pas trop secouer.

 

usa 0751

 

C'est parti !!

 

P1010591

 

Punaise, c'est juste dément !!

 

usa 0775

 

5.10a = 6a = combat

 

Encore un peu fatigués, on essaye le lendemain un petit secteur aux cotes lunaires. Deux 5.9 d’anthologie mais tout à fait terribles. Manquant un peu de matos, je me prends le combat du séjour dans une fissure verticale de 35 mètres. J’en sors en tremblant… Quelle claque !!

 

usa 0805

 

J'engage, les bras brûlent, 40 minutes de sport ...

 

Allez, on va chercher un peu de réconfort dans une voie plus tranquille : une tentative à Tuolumne Meadows avec le Fairview dome. La face est malheureusement en conditions pour le mixte écossais. Pourtant, le coin est superbe mais je commence à être dépité. Nous passerons ensuite l’après midi sur une falaise facile aux cotes aimables.

 

Le lendemain, le temps est maussade, on choisit donc une voie courte qui rappelle vite : Pillar of frenzy. Les trois premières longueurs sont splendides, c’est un véritable régal mais la pluie nous oblige à une retraite forcée. Trois longueurs, c’est un peu la hauteur max accomplie depuis le début : un comble pour un séjour au pays du big wall. De retour à camp 4, Marc, un américain super sympa compatit, prend du recul :

 

" You are in Yosemite, it’s better than nothing …

… better than nothing "

 

Mes camarades semblent supporter un peu mieux que moi cette frustration. Il pleut de plus belle … le vin californien coule aussi à flot ;)

 

Encore une petite voie pour attendre que ça sèche, demain on monte enfin au bivouac. Même si un ranger complètement débile nous interdit une première fois le permis car il y aurait déjà trois personnes, nous obtenons finalement le précieux sésame grâce à une collègue plus compréhensive et moins à cheval sur les règles. Pour le pays de la liberté, on aurait aimé plus de souplesse !! Mais le Yosemite est il est vrai victime de son succès.

 

Au pied de la face, la citadelle semble résolument imprenable. De plus, un bourdonnement sourd inexpliqué apporte à ce lieu une ambiance quasi religieuse. Il s’avéra par la suite que ce sont de simples mouches à l’origine de tout ce vacarme !

 

Le lendemain, vers 6h30 heures, nous remontons nos cordes placées la veille. Je commence par une longueur d’artif qui met bien dans le bain, ensuite ça déroule plus ou moins, avec de la grimpe pas trop soutenue. Par un petit crochet à droite, nous revenons dans la face proprement dite et cela se corse nettement. Les cheminées grimpent fort et engagent pas mal. Nous puisons dans nos ressources pour venir à bout de ces 17 premières longueurs car rien n’est donné ici. Vers 18h, Greg m’accueille enfin à sandy ledge. Plat de pâte / eau, il s’agit de recharger les batteries car nous sommes relativement rétamés.

 

P1010645

 

Tout est majeur ici ...

 

P1010644

 

Les redoutables cheminées ...

 

Soudain, un bruit sourd crève le silence, on croit d’abord à une chute de pierre mais il s’agit en fait d’une première wing suit qui nous offre un spectacle à couper le souffle, puis une deuxième et c’est le retour au calme. Coucher de soleil incroyable et nuit bien accrochée sur notre banquette perchée là-haut sur la montagne. Le lendemain, on voudrait sortir vite mais trois longueurs d’artif pénible nous séparent de la fin des difficultés. Puis vient enfin Thanks god ledge, un peu d’A0, un 5.7 et c’est le sommet : mémorable. Une forte émotion, comme à chaque grande course pour une expérience assez unique et la confirmation que le nose doit être une entreprise fort longue. Grimper, hisser le sac : un exercice physique, presque un travail ! Certains ne me contrediront pas ;)

 

P1010661

 

Le matelas est un peu ferme mais on échangerait notre place pour rien au monde ...

 

P1010664

 

Artif physique : il faut tenir bon !!

 

P1010673

 

Enfin : did it ... Happy !!

 

usa 0866

 

Pendant ce temps, Lucie nous montre ces talents de photographe ... Y a pas à dire, ça claque !!

 

Libéré d’une (inutile) pression, je profite enfin pleinement du voyage. Death valley nous proposera de grands espaces arides, des soirées la tête dans les étoiles... et dans la piscine : un bon moment sans trop de monde. Red rocks, un grès parfait, Vegas, de la viande en très grande quantité et beaucoup de lumière. Et puis encore SF et puis … au boulot maintenant !!

 

P1020177

 

Death Valley ...

 

P1020231

 

Des lieux résolument plein de charme ...

 

usa 0923

 

Easy climbing !!

 

usa 0938

 

Fin de trip ... Sniff ...

 

P1010790

 

Le Golden Gate ... c'est plus sympa que la fourrière et surtout, ça coûte moins cher !!

 

P1020278

 

San Fransisco down town !!

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #voyage

Repost 0