Publié le 31 Juillet 2012

Le pic de Bure, encore un projet qui trainait dans les cartons depuis trop d’années. A lecture des divers comptes-rendus, on a un peu de mal à se faire une idée sur le morceau car les avis des répétiteurs divergent ; soit le rocher est très bon, soit il est exécrable. Gégène est chaud pour aller trier avec moi le bon grain de l’ivraie dans ce pilier dolomitique.

 

P1080855

 

Un élan certain ...

 

Après un nombre hallucinant de virages sur la route napoléon, nous établissons notre camp de base. La popote ronronne rapidement et le repas est vite avalé. Le réveil toujours aussi désagréable nous pousse à l’action vers 5h, à 6h nous mettons le cap vers la bête et ses 600 m de calcaire. Et à 8 heures, Gégène lance les hostilités dans le beau dièdre d’attaque. Le doute s’évapore … le doute s’améliore.

 

P1080861

 

Feu !!

 

P1080864

 

Verticalité parfaite ...

 

Un peu d’artif, des dièdres, des murs en 4 en rocher péteux : un savant cocktail distillé par ces classiques d'antan, bien loin des standards actuels de la grimpe aseptisée. Cela reviendrait un peu à comparer une vieille voiture qui sent l’essence avec un truc ultra moderne qui marche mieux mais plus ennuyant. Bref ces classiques, elles ont du charme …

 

P1080868

 

Plein gaz !!

 

… Un tout petit peu moins lorsque vous vous retrouvez à jouer au super jeu :

« Mets des friends pour décorer © » dans un kairn géant ;)

 

… R5, je me sens toujours en petite forme, je crois que je vais couler une bielle.

R11, ça va mieux, je passe le turbo.

R19, le cœur de gégène bat la chamade, nous touchons au but.

R21, c’est fini, il est temps de faire un petit break. On remet les baskets pour plier le bout d’arête en 2 : fin de cet itinéraire pré alpin complètement majeur !

 

P1080870

 

Toujours plein gaz dans le kairn ;)

 

Summit donc et découverte de ce plateau lunaire du pic de bure qui ressemble d’avantage à un décor de science fiction qu’à une vraie montagne. Trois tartelettes, un petit paye ta gueule et retour rapide au berling’, attirés que nous sommes par les bières qu’il contient. Fin d’une journée parfaite !

 

P1080880

 

Découverte d'un pays tout à fait recommandable !

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #montagne

Repost 0

Publié le 12 Juillet 2012

La pédale 73, vénérable institution fondée en 2011 a maintenaint atteint sa maturité. On cherche alors un défi à la mesure de nos grandes bouches, quelque chose qui pose le bonhomme quand on parle vélo… Ce truc, ce sera l’étape du tour 2012 : 150 km et surtout 5000 m de D+, des chiffres de dingue qui font peur, même à nous.

 

Il faut donc s’entrainer un minimum : je commence les séances de fractio sur les conseils du coach. Putain, le pneumologue m’avait pourtant dit que j’avais la VO2 max d’un fumeur asthmatique en fin de carrière, mais je m’en fout. Benjamin, quant à lui court beaucoup. Après un ultime stage d’oxygénation au Maroc, il se sent en confiance et annonce un chrono entre 6 et 8 heures, c’est ambitieux tendance présomptueux. La guerre psychologique est déclarée. Coté logistique, il se croit au tour de France, pas de pompe, assistance mavic ! Le bougre se prend pour Cadel Evans mais avec 300 km dans les pattes, s'il fait du Sandy Casar, ça sera déjà pas mal !

 

95TroupeauAbattoir

 

En route vers la boucherie !!

 

D-Day. La  météo est pourrie, la speakerine enchaine bides sur bides en essayant de motiver un peloton au bord du suicide. Feu ! Dans la madeleine, je garde le clignotant à gauche et gratte du cycliste à fond. L’objectif inavoué étant d’aller chercher le Benj parti une demi-heure plus tôt et fantasme ultime, le déposer avec un petit « Salut ! ». Sommet tout va bien, je gère, descente prudente.

 

troupeau-20moutons-20merinos

 

Début de la madeleine, pas facile de doubler ...

 

Attaque du Glandon. Découverte de la bête et conseil du chef : en garder un peu pour la fin ! Je prends un gel coup de fouet mais c’est quand même le coup de bambou … Une véritable hécatombe dans ces rampes aux pourcentages à deux chiffres ! Certains marchent, d’autres attendent dans le fossé offrant un spectacle de désolation digne d’une bande de réfugiés politiques, sauf qu’on est un peu débiles, car on a payé pour être ici.

 

12736153

 

Mano à mano à disctance ; Benj à l'action ...

 

Bientôt le ravito qui va bien à la croix de fer et on s’envoie une descente superbe. Ça y est les pneus sont chauds et désinhibé, je lâche les chevaux. On repasse un petit col où Benjamin s’arrêtera ramasser des pissenlits. Franchement, je vois pas d’autres solutions pour expliquer un tel écart !

 

12704781

 

Style propre et efficace, visage peu marqué : poupou au sommet de son art !!

 

Et voilà enfin le dessert, la montée sur la Toussuire. Là on rentre indéniablement dans le dur. J’ai une furieuse envie de mettre pied à terre, de me caler dans le fossé, à la fraiche mais je me rappelle alors le 9ème commandement de la pédale 73 …

 

« Un membre de la pédale 73 ne met  pas le pied à terre lors d'une ascension, même si ça devient déversant et même si pour ça il doit se décrocher la mâchoire ! »

 

Mord Fustang est à fond dans l’ipod, mais je n’arrive pas à pédaler plus vite, par contre, je suis en train de devenir complètement sourd. Je jette mes trippes sur la table pour le plus grand plaisir des supporters qui redoublent leurs encouragements en voyant la bête à l’agonie.

 

12752537

 

Le combat des chefs est bientôt fini ...

 

Flamme rouge, summit, une médaille à la con puis je retrouve Benj. On a fait quasiment le même temps, je le bas de seulement 8 minutes. Par contre, sur le challenge des grimpeurs, il se prend une grosse claque, normal pour un mec qu’est taqué dans le 6b. On est vraiment content, on a fait le job, c’était mythique et on reviendra pas (tout de suite).

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Repost 0