Publié le 26 Février 2014

C’était annoncé : l’hiver 2013/2014 sera le plus froid depuis cent ans. Les anciens sont formels car l’épaisseur de la peau des oignons est un signe qui ne trompe pas ! C’est vrai ça, pourquoi s’emmerder avec des modèles numériques ultra compliqués quand y a qu’à regarder ce qui se passe dans le jardin ?? Donc cet hiver, vous allez bouffer de la coquillette Lustucru tous les jours pour payer le chauffage, vous mettrez les chaines pour aller au taf, y aura des tranchées de deux mètres de neige dans les rues … et pire que ça : vous allez ressortir vos vieux pulls moches à col roulés … La tuile !!

Chaud’time !!Chaud’time !!

… Pourtant cette mi-février, le thermomètre affiche un scandaleux 20°C … Dans le mille Émile ! Putain mais à force de passer leur temps devant Drucker, Derrick et autres conneries, les vieux, y disent vraiment nimportnawaq !

 

Corolaire de ces chaleurs implacables : une saison déplorable pour les glaciéristes. Avec seulement dix cascades au compteur, FIX confirme. Pour ces trois jours de glace (deux en fait, on m’annonce à l’oreillette un premier but « Que Calor »), la première étape, c’est déjà de trouver de la glace. Cogne semble être une valeur sûre. Après avoir reconnu l’approche de Lau Bij (absolutely useless, seule une boussole hors catégories pourrait se prendre ici-bas), nous errons dans la superbe bourgade à la recherche du gîte. Pas trop longtemps d’ailleurs car les épais et classieux paillassons La Sportiva ne laissent planer aucun doute. Nous prenons place dans nos luxueux appartements: lave-vaisselle, balcon, serviettes douillettes … : les nigritelles rentrent dans les critères montagne plaisir et décrochent la superbe note de trois couettes sur quatre possibles (petite fausse note sur la douche, un poil petite pour l’albatros). On sort de suite cocher la bière histoire de pas perdre la journée.

 

Rab’hillé de la tête au pied pour que dalle, JB me fait l’article de la gamme Rab tout en répondant aux 180 textos/minute d’une certaine Natacha. Superbe et ostentatoire, mais bien compliqué pour se préparer : que mettre ?? La soft Shell gtx 4000 ou la proshell 2.3 ?? Pour l’approche okay et pour la grimpe ?? Le marketing montagne semble tendre vers ce qui se fait de mieux en matière d’hyper-segmentation, j’ai nommé l’automobile : ou comment vendre 25 types de bagnoles quand 4 ou 5 devraient normalement suffire.

Chaud’time !!

- Chérie, je prends le crossover ou le monospace ??
- On s'en fout un peu pour aller acheter le pain non ??
- C'est pas faux. Putain, il me gratte le cou ce col roulé !

JB a même amené de la lecture avec notamment un montagne magazine « spécial mal des rimayes » sur les grandes tragédies des Alpes. Yes, je m’endors en lisant des histoires de chutes affreuses, de cordes coupées et d’avalanches géantes, de quoi pas trop bien dormir en fait ... Mais demain, c’est stella artice (Artiché avé l’accent). Monstre tôt sur le pont afin d’éviter les bouchons, je constate que personne ne me disputera la légitimité de prem’ser L1. Le cigare qui s’en suit, très travaillé, offre une varappe verticale grisante mais agréable. Le reste cruise. Abseil down, il est midi, on aurait bien le temps d’en refaire une voire deux mais j’ai encore besoin de mon pied bot pour la suite des évènements.

Chaud’time !!
Chaud’time !!

Le lendemain, nous remettons le couvert dans Lau bij, courte mais tonique. Définitivement, cette ligne est à l’escalade glaciaire ce que la fiesta de los biceps est à la grande voie : mouvements de dingue pour un «seulement » grade 5. Après ça, limite on se sentirait fort. Heureusement, un rappel en fil d’araignée sur mono-spit remet rapidement les pendules à l’heure. Nous laissons la place aux suivants et par n’importe qui : Monsieur Marsigny himself. Direction à présent les écrins en mode « all inclusive » pour luger et skier. Dieu que c’était bon !

Chaud’time !!
Chaud’time !!
Chaud’time !!

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Repost 0

Publié le 15 Février 2014

Fin octobre 2013, pour les dix ans en Savoie, le gâteau d'anniv a le gout dégueu du plâtre... Ras le bol de la 2CV en kit et autres conneries ?? Altayta te propose maintenant le grimpeur en kit. Mon dieu tu te dis, il a déjà perdu la raison au bout de cinq jours de convalescence. C'est pas faux car j'avoue avoir visionné malibu shark attack en vod: 2,99 € pour un tel film, c'est un véritable scandale, je tenais à le signaler. Bref ...

Tout avait bien commencé, une rtt, du presles, une belle voie, du soleil. Une superbe L1. L2, c'est la chute, une petite chute classique comme on en prend tant mais le pied tape et craque. Ce craquement sec et indolore, je le connais malheureusement trop bien. Quand tout s'arrête, je ne suis pas surpris de voir ma cheville droite complètement dézinguée: la rage et la tristesse se mélangent. Toutes les souffrances de la jambe gauche remonte à la surface et notamment cette fameuse descente de l'aigle avec la sensation à chaque pas d'avoir la cheville transpercée par des aiguilles (mode marseillais off).

Back on track !!

Et la descente de l'aigle, c'est un chouya plus long que celle du manoir pour aller chercher sa pizza chez Angelo. En attendant l'hélico, je me dis que c'était la dernière que je grimpais. Pourtant, depuis le quasi décès de ma cheville gauche, on ne pourra pas me reprocher de prendre des risques. Sacré coup au moral ...

 

Monsieur Pellissier met en pratique ses cours de sauvetage et me mouline au sol. L'EC145 arrive et se place, l'autre Guillaume parait insensible au rotofil géant calé à un mètre de lui. Le pilote lui est moins serein. Rapidement pris en charge, ça va un peu mieux jusqu'à rencontrer un premier docteur qui veut réduire la luxation à l'ancienne avec moi comme spectateur. Putain, tu veux pas non plus que je le fasse moi même ? Merde mais j'ai attérit dans rambo !! Finalement anesthésié, le chir replace l'os par la technique dite du "démonte pneu", ça ne s'invente pas. Quelques mois pour se reposer et se poser quelques questions métaphsysiques dont seuls les grimpeurs et montagneux peuvent aprécier toute la portée ...

Back on track !!
Back on track !!

... 4 mois plus tard, la patte semble un peu plus à même de supporter les activités assez peu calmes de son propriétaire. Comme elle s’était bien habituée à rien foutre et à regarder des films débiles, ben elle couine un peu quand il s’agit de mettre des coups de latte dans la glace ou de skier. Back on track donc. El Morelli, l’homme à la modestie et l’hospitalité sans limites propose d’étrenner la croupe de la poufiasse. Sachant que tout Grenoble lui est passé dessus, je suis assez serein sur la difficulté du 4+. Qui plus est, car en cascade, la chute est interdite, ce qui empêche donc l’appréhension de la chute ! CQFD. Un raisonnement de génie qui ne prend pas en compte les coulées de purge …

Back on track !!

Bref, les deux premières longueurs sont pliées avec les sens en éveil et des ancrages assez virils. Reste alors un zoli 50 mètres raide et taillé : une formalité, un bon point pour la suite de la saison même si cet hiver est scandaleusement chaud. Le lendemain, c’est ski à la Grave. Un endroit bizarre où les gens ont des skis bizarres. Ici on parle décimètre au patin et je peux te dire qu’en dessous de un, tu passes pour un skieur de fond. Tout ce petit monde est pendu aux lèvres d’un oracle qui dit des trucs bizarres ; «premier tronçon ouvert», «deuxième tronçon ouvert», «risque 4» etc…

… Autant dire qu’ici et plus qu’ailleurs, j’ai pris cher. Impossible de suivre le rythme, au bout de la première descente, c’est l’explosion totale. Je me sens comme Gégène dans le 6c ou webmontagne avec trois R et quatre T au scrabble. Mais rendons à César ce qui est à César, sur des skis, les deux loustics sont proprement imprenables. Un café plus tard, je reprends un tour. Le soleil est là, les cuisses un peu plus, on est tout de suite mieux, la banane revient.

Back on track !!Back on track !!

Allez, viens refaire un petit run ?!

Back on track !!

Mais quel plaisir de sentir la machine re-fonctionner et les projets re-germer … Back on track baby !!

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Repost 0