Publié le 16 Décembre 2016

Montagne de couches, montagne de travaux, montagne de réunions de chantier. Il était ma foi grand temps de renouer avec une activité en perte de vitesse, revenir à l’essence même de ce blog ; dire des conneries : LA MONTAGNE !

On ne parlera donc pas géopolitique car si cet automne aura imposé pas mal d’heures sup aux chroniqueurs, il semble pourtant difficile de trouver un truc qui donne un peu le smile … Putain, j’aurais franchement pas aimé faire le taf de Bernard Guetta … Après nous avoir vendu la fin de la guerre en Syrie et une Europe en pleine forme pendant trois ans, le voilà qui coup sur coup, se prend en pleine tronche le Brexit et l’élection de l’autre buse outre-Atlantique. Maintenant à 8h18 sur Inter, c’est no futur et soupe à la grimace pour tout le monde ! Merde Bernard, prends donc un peu des vacances, refais-toi l’intégrale des bisounours et re-balance nous tes envolées lyrico-optimistes !

Bon, pour revenir à l’autre énergumène, on pourra dire ce qu’on voudra sur ce Trump, le mec est pas tant mauvais en marketing. Véridique, sur son site dans la rubrique «goodies» (bien bien dégueux), il est capable de vendre ça:

Montagne plaisir !!

et puis après ça ... No comment !

Montagne plaisir !!

Et j’allais presque oublier la Russie qui vient de nous sortir son tout nouveau joujou : le Satan 2, un gentil missile nucléaire capable de raser un pays grand comme la France instantanément. Tu nous en avais pas parlé Bernard de celui-là ! Bref, il semblait donc important d’aller se changer les idées …

Tiens tiens, un bel anticyclone de décembre a calé ses valises sur l’Alpe depuis deux semaines. De plus, le guyanais exerce une pression continue sur mon espace sigma il est vrai, grassement doté. Toutes les conditions sont alors réunies pour la coche. Toute sauf une, et pas des moindres : la caisse …

Mayday mayday, on est en plein décrochage de level sur ce site … Limite, j’ai failli revendre tout mon matériel ;) Qu’à cela ne tienne, l’appel de la montagne est plus fort que tout !

Nous commençons donc par une petite virée à Presles. Ce qui est toujours un peu compliqué, c’est de rependre avec un niveau de misère, et je cite de mémoire l’ami Coupé : "après avoir chassé le lion, le lapin c’est fade". Sans oser se comparer à cette fine gâchette de l’alpinisme, il est évidemment rude de reforcer dans du 6a mais, bon y a pire dans la vie ! Ché pas moi, trouver une voie au Destel avec le topo C2C ? Allez, ne boudons pas notre plaisir, un petit tour au jardin, c’est forcément bien …

… D’abord une atmosphère et un charme difficiles à coucher sur le papier. Ce calme lumineux, champêtre, troublé de temps à autres par quelques bruits de tronçonneuses. Et puis la qualité des voies. Qualité qui vaut souvent plus que les deux étoiles non ?! Qu’on se le dise, Presles est un site majeur et invariablement, on y revient tant les possibilités sont vastes. Seul un certain MickS ou encore un Fiston auraient frôlé l’indigestion avec cette impressionnante corne d’abondance. Néanmoins, petit bémol avec ce spot ; même si on peut généralement reprendre du rab de frites, c’est toujours un peu les mêmes frites … Mais des bonnes frites !

Aujourd’hui, nous jetons notre dévolu sur Satori ; une belle voie avec du gaz et de l’homogénéité dans un registre à la ricaine. Et puis ce lundi, il faut avouer qu’on est pas vraiment emmerdé par le monde ! Seules quelques ouvertures de parachutes troublent la quiétude de Presles beach … En bas, à cette saison, Choranche reste invariablement dans l’ombre. Par contre, sur le caillou tout va bien ; pas un pet de vent et un franc soleil : top journée quoi !

Montagne plaisir !!

… Et rebelote une semaine plus tard, contraste, nous voilà à chercher le froid, la glace et la neige pour faire prendre un peu d’altitude à nos vieilles carcasses. On part gentiment s’entasser dans le Taillefer en direction du rocher Culasson avec Guillaume et Mr Morell, l’illustre guide/garde barrière annécien. Nous voilà donc tous les trois dans cette goulotte débonnaire mais pas vilaine du tout. Autant la classique du col ne croule pas sous les compliments, autant cette variante Kempf propose de l’homogénéité, une raideur acceptable et surtout personne au-dessus de la tête. Car malgré un réveil à 5h00 qui plus est un mardi, malgré le fait que la loi travail soit passée, ben il y a déjà foule.

Montagne plaisir !!
Montagne plaisir !!
Montagne plaisir !!
Montagne plaisir !!

No stress, le rythme est pépère, pas sûr que DavidJ aurait supporté ce manque d’efficacité dans les manips de cordes ;) Et ça fait du bien ce genre de journée, pas la même saveur qu’une grande course mais plein d’autres choses ! Vers midi, après avoir plié la pente sommitale et deux papillotes, nous stoppons. Il est temps de savourer une petite clope au soleil …

Montagne plaisir !!

Nico suit fébrilement les signes de vie de son téléphone même s’il n’a toujours pas trouvé de prénom. 13h, GM bat le rappel des troupes : fin de la récré ! Encore un dernier regard sur le Mont blanc, Belledonne et nous entamons la descente au pas de course.

Voilà de la vraie montagne … plaisir !

Montagne plaisir !!

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Repost 0