Publié le 18 Juillet 2017

Plutôt vtt ?... Lundi 16h ; après avoir passé trois barrières et cherché pendant un quart d’heure ce maigre single de cinquante mètres pour retomber sur une énième putain de route, l’agacement nous gagne. Cette trace vendue par VTOPO serait-elle une vaste blague ? Avons-nous confondu VTC et enduro ? Rémaye va-t-il survivre à ces deux piqures d’abeilles ?... Vous le saurez en lisant la prochaine màj …

… En gros maintenant ;) Enfin, nous voilà sur le départ de cette fameuse traversée de l’Ardèche ; destination du sacro-saint rassemblement « (off) road » annuel. Ça bouge un peu au mercato cette année : Yann & Pierre Lecardo sur le banc de touche et puis Landry qui a officiellement annoncé sa retraite ! Mais du sang neuf aussi : première sélection pour Rémi et Patrice devenu titulaire. Et puis les tauliers qu’on ne présente plus : Olivier, Basto, Yannick, Piero et votre serviteur. La première journée est dédiée à la logistique pour transférer cette fine équipe de Valence jusqu’au Puy-en-Velay et même si on s’est pas trop tapé dedans, nous revendiquons notre droit à l’apéro, faut pas non plus pousser mémé dans les orties ! Nous remarquons que notre ami suisse semble bien occupé sur son smartphone … Il nous explique alors ce qu’est un opener sur tinder :

Plutôt vacances à la mer ou la montagne ? Plutôt van aménagé ou hôtel de luxe ?...

Plutôt route ou vtt ??

Apparemment c’est ce qui marche le mieux en ce moment. Bon, on prend tous un coup de vieux mais on est pas là pour disserter sur l’évolution des techniques de drague via la 4G. Une dernière séance de duolingo pour Patrice et au lit, demain on roule ! Dimanche et malgré un lever plus que matinal le soleil tape déjà passablement, pas de temps à perdre, en selle. C’est champêtre le truc et le parcours démarre vraiment pépère, ce qui n’augure pas de la monotrace de ouf descendant des montagnes de 1000 mètres. Donc pépère, on enquille de la départementale quand soudain, pan, le single ultra technique sorti de nul part, ou comment passer du T0 au T4 en deux coups de pédale, si je m’empale dans un barbelé, Pierre se paye un bel OTB dans un champ de pavasses … Parfait pour la pas confiance !

Plutôt route ou vtt ??
Plutôt route ou vtt ??

Une première journée bien usante sous ce cagnard, en conséquence, nous sommes heureux de stopper au gîte, complètement tartés. Autour d’un bon gueuleton, nous écoutons les patrons parler de leur vie ici, Patrice assurant l’essentiel des relances. Après avoir gouté la poire, il écoute toujours médusé les anecdotes plus ou moins racontables de nos hôtes d’un soir. C’est un fait, si on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui, on peut parler de tout avec Patrice Schneuwly ! Soirée à classer incontestablement au rang de mémorable.

Bon, ben le lendemain, la journée à oublier : 35 bornes de bitume et 10 de chemins pas bien folichons. Bref une journée où on n’aura pas trop chatouillé les butées de nos amortos … Heureusement, cet excès de bitume ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir.

Plutôt route ou vtt ??
Plutôt route ou vtt ??

Car la troisième étape sauvera largement les meubles et que dire de ce petit single sur Privas ? Voilà un petit bijou ludique conclu par une descente d’escalier digne de la DH de Valparaiso. Dernière friandise de la journée, un petit 400 de D+ sur une route en cours de liquéfaction : petite punition qui en valait largement la peine : le gîte, c’est la grande grande classe … D’ailleurs, c’est franchement plus un château qu’un gîte !

Plutôt route ou vtt ??
Plutôt route ou vtt ??
Plutôt route ou vtt ??

Viennent encore deux belles journées avec du très bon et du moins bien. Vous l’aurez compris, le terrain n’est pas très homogène. C’est sûr, on aura pas pris la même claque dans les yeux que lors du tour du Mont-Blanc, mais on aura quand même moins porté que dans les Cerces. Et puis il est une chose qui ne varie pas, c’est l’ambiance de ce petit groupe : toujours idéale ! Clap de fin sur cette semaine VTT.

Plutôt route ou vtt ??

… Plutôt route alors ?... Initialement, ça devait se passer dans les Pyrénées mais étant donné les plannings ultra tendus des protagonistes, un tour de Savoie fera ma foi parfaitement l’affaire ! Pas une semaine au rabais non plus car avec 13500 mètres de D+ et 615 bornes en 5 jours, on aura bien de quoi suer !

Cette année, j’ai fait le job ; que du pourcentage dur en plus ! Du Granier par Chapa’ en passant par le Marocaz Sud et puis quatre fois le relais entre autres : une préparation que je qualifierais somme toute d’honnête, mais merde, rien à faire, la vitesse ne revient pas et les chronos restent médiocres. Je n’ai même pas pris le soin de changer la pile de mon compteur tombé en rade, pas franchement impatient de voir s’afficher en live ces vitesses d’escargots. Pourtant cette année, une certaine effervescence cyclopédique règne sur le bassin chambérien, emmenée par un Gégène de plus en plus rapide (et de plus en plus insuivable) sur son Time. Benjamin, quant à lui reste invariablement affuté, il faut dire qu’on ne prépare pas l’UTMB en allant ramasser les pissenlits. Une seule chose m’intrigue : son nouveau régime alimentaire …

Plutôt route ou vtt ??

Allez en route, il est 7h30, un semblant de fraiche nous pousse vers le grand départ. Rien de très sexy pour chauffer les cannes : Pontcharra, Détrier et enfin le grand Cucheron. Puis vient la remontée de la Maurienne, qui ne sera sans doute jamais classée au patrimoine mondiale de l’Unesco. On respire un grand coup, on ferme les yeux et c’est parti pour 40 bornes de nat’. Midi et déjà 100 km dans les pattes, c’est la pause casse-croute avant de rentrer indéniablement dans le dur ! Putain, à la reprise si le Télégraphe pique déjà pas mal, le Galibier sera titanesque. Un col enlevé au mental, à la tchétchène : jamais autant pris le tarif sur le vélo … Mention spéciale quand tu vois le mec devant toi qui pioche à mort, complètement à l’arrêt, quand tu te dis qu’il avance vraiment pas mais que ça fait quand même une heure que t’essayes de le doubler. J’avoue dans un moment d’extrême égarement avoir pensé à lever le pouce pour abréger mes souffrances … Non, je déconne ;) La bascule dans le 05 est toujours aussi belle, un an après, la Meije est toujours là, le soleil des Hautes Alpes aussi !

Le lendemain, bis repetita dans le Mont-Cenis, un col interminable de 25 bornes. Encore une montée où j’ai pas trop senti l’effet gyroscopique des roues … Le soir, nous atterrissons à Bonneval-sur-Arc au pied des rampes de l’Iseran. Bonneval, c’est beau et typique ! C’est la capitale de la lauze, ce genre de tuile d’environ 400 kg qui doit aisément résister à 10 mètres de neige.

Le lendemain au petit déj’, je regarde l’autre éminent membre de la pédale s’engloutir moult plaquettes de beurre, parts de fromages et autres grasseries hypra caloriques. Le tout sans pain, parce que le pain, c’est mal. L’estomac bien rempli nous attaquons l’Iseran, point culminant de ce périple avec ses 2764 mètres. Bonne surprise, l’ascension est presque facile ! Il faut dire qu’on le prend pas vraiment d’en bas ;) Cette grimpette matinale se fait donc au calme quand soudain, dans la dernière rampe, je vois débouler pleine balle en face de moi un mec qui se prend manifestement pour Valentino Rossi. Ce « connard de merde » comme on dit souvent à la pédale vient me frôler à plus de 100 km/h parce qu’un pilote, ça prend son virage à l’intérieur. Petit coup de gueule contre ces espèces de débiles qui prennent la route pour un circuit !! Et j’invite d’ailleurs nos amis des forces de l’ordre à venir patrouiller sur ces zones de non-droit des fois qu’ils aient du mal à faire leur chiffre.

Plutôt route ou vtt ??

Soit, revenons au vélo avec le Cormet de Roselend au programme de l’aprèm. Toujours aussi beau, un peu dans les nuages certes mais on évite les gouttes de justesse. Nous stoppons à Faverges et signons la fin de la « haute montagne » ce qui ne veut pas dire la fin du dur ! Le Semnoz et surtout le mur du grand Colombier par Anglefort, sans oublier un dernier baroud d’honneur dans les rampes du relai côté Yenne. Voilà, nous terminons ainsi cette jolie boucle maison-maison …

Alors plutôt route ou vtt ? J’ai envie de dire les deux mon capitaine ;)

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Repost 0