Thursday on ice

Publié le 11 Janvier 2013

Après une petite séance de couenne à la cascade artificielle d’Aiguille et un entrainement « maison », j’ai la caisse. D’autant plus, qu’équipé de nomics dernier cri et crampons mono pointe, je me sens tel le japonais fraichement plumé par snell sport et toisant les grandes Jorasses avec autorité (avant de descendre faire le pinpin sur la mer de glace). Allons donc vérifier cet hypothétique état de forme sur le terrain …Vallon du diable 12h : 5 minutes de vélo, 1h de train, 1h30 de bagnole et 1h45 de marche plus tard, nous nous équipons (enfin !) sous de belles et raides draperies certes peu hautes mais bien raides d’un secteur intimiste et haut perché du vallon.

 

P1020481

 

Reprise !!

 

P1020486

 

Il est facile le garçon ...

 

Fix grimpe l’affaire tranquillement (en soufflant un peu quand même). M’a pas l’air si raide ce bordel. Putain broches en place, ça (doit) passe(r) ?! Ou pas … Le maitre de la glace est formel et calme de suite mes ardeurs accidentogènes :

 

yoda

 

« Encore de la technique et de l’assurance, il te manque … Là dedans tu n’iras pas, sauf si voler tu veux … »

 

P1020505

 

Putain le nouveau pantalon !!

 

Ok, je pars sagement en moule et effectivement, le cramage de bras corrèle à merveille la cotation. Pour une reprise, c’est une reprise violente, mais quelle belle ligne ! Toujours aussi magique le gaz en cascade. En bas, Vallençant eut parié que ça skie et au bout de 40 m on a l’impression d’être au milieu de la fiesta de los biceps. Une heure de sport plus tard; je peux enfin souffler et me pendre avec horreur dans un abalakov certes béton mais un abalokov quand même : on est à peu près autant serein qu'en faisant un rappel sur un géranium crevé.

 

geranium sortie hivernageAllez, respire un bon coup : ça tient !!

 

Ensuite Fix repart dans la voisine de gauche plus raide, plus délicate, plus dure pour s’offrir encore une très belle ligne et m’offrir par la même, 1h15 de touchage et d’évitements d’objets volants complètement identifiés. C’est donc congelé que je repars dans cet autre 5+ tout aussi dément. C’est quand même mal foutu le corps humain : je me prends onglées sur onglées alors que les avant bras doivent être au bas mot à 2 ou 300 °C. Je mesure le chemin qu’il me reste à parcourir avant de plier ça en tête :

 

Comme disait JP Raffarin : « la route est droite mais la pente est forte. »

 

P1020535

 

Dans la deuxième ligne ...

 

P1020538

 

... encore plus belle !!

 

La nuit nous cueille en bas du cône avec la neige. Rebelote pour la route, le train, puis le vélo. Grosse logistique donc mais maxi dure et micropure (& co) dans la popoche ;)

Rédigé par Fabrice

Publié dans #montagne

Repost 0
Commenter cet article

EcoloVeloPipo 14/01/2013 10:00

"5 minutes de vélo, 1h de train, 1h30 de bagnole et 1h45 de marche plus tard" "Grosse logistique donc"

On voit que Papa ne prend pas souvent le train ni le vélo ;-) Parcque tout étudiant Grenoblois qui se respecte s'est retrouvé plus d'une fois les skis et matos sur le sac avec le cul sur un vélo
pour prendre un TER !

"En bas, Vallençant eut parié que ça skie et au bout de 40 m on a l’impression d’être au milieu de la fiesta de los biceps."

Je like ;-)