Chambé Nice !

Publié le 24 Août 2013

Traverser les Alpes à vélo, un vieux projet d'abord imaginé avec the beast et la carte bleue dans le slip: fast and light quoi. Depuis, la famille s'est agrandie et ce fait notoire invite à revoir légèrement la stratégie. L'acier a remisé le carbone à la cave. Organisation lourde donc avec préparation d'itinéraire, résa de gites et tout le tralala ... Début août, la brooks est enfin rodée. Sous la canicule, nous quittons Chambéry pour le premier test: le Granier ! Col étalon, ce sera une première avec 50 kg de lest. Terrible sensation lorsque deux gars te passent en courant à pied sans forcer, alors que toi, t'es pas loin d'être à bloc. Sans transition, on tombe le Cucheron debout sur les pédales plein cagnard. Cette première journée s'est bien passée mais force est de reconnaitre que c'est ultra physique et heureusement que c'est pas bibi qu'a fait le découpage des étapes car sinon ...

 

Bref, on a coupé la poire en deux pour passer la Chartreuse. Un café plus tard au col de porte et nous basculons dans la fournaise grenobloise rejoindre Anne, Julien et leurs deux marmots. Après un après midi plutôt sport, c'est le drame: une brochette avariée aura raison de ma nuit: j'ai bien peur que la traversée des Alpes ne se résume à une énième traversée de la chartreuse ... Rien n'y fait, je suis au fond du trou. Je joue le joker chimique et passe un coup de fil à Villy Voet, l'ancien médecin de l'équipe festina. A l'insu de mon plein gré, je prends donc deux poches de sang, trois cachets de cortisone et 40g de smecta dans l'espoir de rallier Gresse en Vercors ... Là, je me fais carrément doubler sur le plat par un mec qui fait son footing ! Une étape qui s'annonce au mental, le couteau entre les dents !

Chambé Nice !
Chambé Nice !Chambé Nice !

A Vif, nous rejoignons Pierre et Céline qui parcourront un bout de chemin avec nous dans le but de décider s'ils veulent des enfants, ou pas ;) Le directeur sportif décide alors de faire rouler les équipiers, c'est donc Pierre qui monte Gü dans ce terrible col de l'arzelier, avec la chaleur ambiante, c'est un supplice. Pourtant la forme revient doucement devant les superbes paysages des balcons du Vercors. Mais la journée est loin d'être terminée et propose sa dernière difficulté: le col des deux ! Un col quasi déversant qui oblige les sherpas à une ascension mixte ;) Au sommet, c'est une révélation pour Julien. Après avoir monté un projet à plusieurs centaines de k€ et fait plancher les meilleurs experts en décodage, l'illumination lui est venue après avoir revu la cité de la peur. Col des deux, 1222 m : CQFD ! GENIUS !

Chambé Nice !Chambé Nice !

Le vélo carriole est un sport extrême, au même titre que le base-jump, le ski de pleine pente et la coinche.

Un sage de la pédale 73

A présent, le Trièves nous tend les bras avec ses pentes surchauffées ... Vous l'aurez compris, nous souffrons de ce soleil aussi impitoyable que JR dans Dallas, impossible de compter sur le vent de vitesse ... car avec une carriole, il n'y a pas de vitesse. D'après Céline, le vélo de voyage, c'est contemplaintif, néologisme qui présente assez bien l'activité je trouve. Le destin, nous met sur la route de la location des Morellou pour une halte réparatrice et une soirée bien sympa avec les grimpeux. Un petit plouf dans le lac du Sautet, succulente friandise. Encore merci pour l'accueil !

Chambé Nice !
Chambé Nice !
Chambé Nice !
Chambé Nice !
Chambé Nice !
Chambé Nice !

Le lendemain, nous sommes rapidement à Saint Etienne en Dévoluy pour une journée de repos bien méritée ... Le temps se gâte et Zeus nous gratifie d'un superbe orage. Pierre et Céline nous quittent pour aller chercher l'Izoard. De notre coté, nous attendons un temps plus clément pour basculer vers le champsaur. Bascule effectuée le surlendemain via le très esthétique col du noyer. Une étape facile qui nous mène à Ancelles. Ensuite, direction l'embrunais pour une superbe journée autour du lac de serre ponçon. Seul ombre au tableau: 20 km de nationale à se faire raser la moustache par les bagnoles ... Pause à Méolans, puis Jauziers, notre camp de base avancé.

Chambé Nice !
Chambé Nice !
Chambé Nice !

Au pied de la bête, une légère tension habite nos esprits, c'est LE crux du périple. 23 km et 1600 m de D+ chargé comme des mulets. Putain dans la montée, j'entends des encouragements, incroyable car avec 23 like de la pédale 73 sur facebook, j'ai à peu près autant de chances de rencontrer des fans que d'apprécier le dernier album de Denis Roussos ! Fix et Bruno sont venus grimper dans le coin. Sans coup férir, nous poursuivons la montée, tout se passe bien, c'est varié, limite pas chiant le truc. La cime de la Bonnette est enfin à portée de pédales. Même si ce vilain bout de route ne sert à rien d'autre qu'à prétendre être la plus haute route d'Europe (et encore ...), le pourcentage de son dernier kilomètre à deux chiffres nous magnétise, il va y avoir du sport ! Putain, j'ai l'impression de grimper le relai sur la plaque. Summit enfin, les jambons en ébullition, ce col nous a complètement tarté au final.

Chambé Nice !
Chambé Nice !Chambé Nice !
Chambé Nice !

Nous nous reposons alors deux jours à Bousieyas, le genre de patelin perdu qui fait le bonheur du JT de JP Pernaut ! Ça ne loupe pas, TF1 est dans la place ! Il est temps de repartir, dans la descente, c'est le drame: Julien qui roulait un peu trop près d'Anne ne peut éviter la collision à cause d'un freinage un peu appuyé. L'homme est à terre, complètement défait, nous craignons alors le pire. Mais nous sommes vites rassurés: le garçon, avec une mauvaise foi qui fait honneur à la famille se permet de remettre en cause les principes mêmes du code de la route, preuve en est que son discernement n'est pas altéré mais case pompier, quand même. Je lui administre un remontant maison, de quoi mettre une déculottée à Froome dans le Ventoux mais la greffe ne prend pas, retour chez le médecin et repos. De notre coté, nous continuons. Le col Saint Martin est avalé sous le cagnard en faisant la course avec l'orage. Au gîte, Gü voit ses premiers lamas.

 

Le soir, coup de fil au blessé, petit moral. Mais le lendemain, piqué au vif et craignant la perspective d'une fin honteuse par la nationale, Julien annonce tout simplement l'empilement des cols Saint Martin et Turini dans la même journée, une double étape titanesque de 2300 de D+ et plus de 100 bornes. Ce fait d'arme de très haute tenue le rachète à tout jamais de son misérable forfait à l'étape du tour 2012. C'est tout à fait exceptionnel pour un mec qui la veille souffrait d'un infarctus. Car de notre coté, ce col de Turini a déjà bien rempli notre journée. Il faut dire qu'on commence à être cramé de chez cramé. Pédaler, défaire les affaires, ranger les affaires, gérer les nains (plus dur que la bonnette). Du coup, on mange peu. Le signe qui fait peur, la quasi non influence du vent latéral sur nos corps d'athlètes. Et oui, le grand problème du vélo carriole tient dans l'inversion de phase totale avec les enfants. Pendant que tu défonces sur le vélo, lui recharge ses batteries à bloc pour t'offrir une soirée dantesque qui plus est lorsque tu te retrouves dans un gite non estampillé "enfant proof "! Les nerfs sont donc mis à rude épreuve ...

 

Chambé Nice !

Le vélo carriole m'a permis de me reconstruire.

Un ancien malade du coeur

Par des routes superbes, nous arrivons proprement dit dans le sud, les cigales font un boucan pas possible. Ce soir, nous dormirons dans des Hilton yourtes. L'équipe est à nouveau reformée et Julien et Anne en profitent pour battre le record du monde de mangé de pâtes au thon. Demain, c'est Nice, demain, c'est la plage mais demain, c'est fini... Un beau projet qui se termine mais n'y pensons pas, demain est un autre jour. Un dernier petit col et nous y voilà : la grande bleue nous tend enfin les bras. Nous atterrissons sur la promenade des anglais, but ultime de notre périple et constatons le chemin parcouru, bien plus important que la destination ... Séance photo et nous tombons les cyclistes pour les maillots de bain. Déception Gaspard n'aime pas les vagues. Quel ingrat ! ça fait deux semaines qu'on marne comme des forçats pour lui montrer cette putain de baie des anges !

Chambé Nice !
Chambé Nice !
Chambé Nice !
Chambé Nice !

Nous profitons de la dernière soirée avant la journée combat du lendemain. Étrange sensation de rentrer à la maison en quelques heures et amer constat : le vélo carriole, ça avance pas !!! Mais c'est quand même trop bien ;) Une autre conclusion de ce trip est que si t'as deux semaines de vacances et que tu dois aller à la mer mais que tu t'emmerdes à la mer, vas-y en vélo !

Chambé Nice !
Chambé Nice !

Rédigé par Fabrice

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

l'ainé 06/09/2013 17:28

Majeur cette Maj!
Beau périple et bien marrant de vous avoir croisé en route... Content que le frangin n'aime pas trop la mer, il y a mieux à faire par ici ;-)

The seagull 29/08/2013 11:39

"Monsieur B est meilleur en photo qu'en choix de titre !!" (MAJ du 24/10/2012)
"Chambé-Nice"......Monsieur C serait-il aussi mauvais en choix de titre qu'en photo ??
Allez, parce qu'un fauchage raisonné est un fauchage qui s'accompagne d'un bon gros cirage de pompes, MAJ fort qualitative aussi bien pour son texte que pour ses illustrations !

curieux 30/08/2013 10:09

On pourrait la voir cette fameuse photo "mon quartier au 50" ?!

revers 29/08/2013 11:54

Quand on voit la qualité du cliché de MrB "mon quartier au 50" de feu le club photo, je prends ça pour un compliment !

A bicyclette 29/08/2013 10:19

Enoooorme cette MAJ ... j'espère que mon rire étouffé n'a pas dérangé l'étage du dessous ;-)

nat 28/08/2013 00:35

Jolies photos et belle plume !
J'attends avec impatience le récit de l'accident quasi mortel de la bouche de l'intéressé :-)

guillaume 25/08/2013 14:04

Sacré voyage et une maj de bonne facture ! La prochaine fois, il faudra emmener la nounou dans les bagages !
Il aurait donc peut-être fallu attendre un peu ? Histoire que le Gu observe le paysage et soit plus actif en journée... Il a bien hérité de l'état de son père en co-pilote ;-)
Du coup c'est quoi le prochain projet à vélo ?!