Articles avec #voyage tag

Publié le 10 Octobre 2012

Samedi, aéroport de Genève, 15h. Ça sent bon le kérosène et surtout le rock trip sur le tarmac suisse avec en ligne de mire Kalymnos : paradis notoire de la couenne haut de gamme. Mais un bon rock trip, ça commence toujours par un plan roumain à l’aéroport. En ce moment, ils n’ont pas trop la cote, expulsion vers 4h du mat : non nuit !

 

kalymnos 1873

 

Telendos !

 

kalymnos 1895

 

La vue est pas dégueu ...

 

Après moult liaisons, nous embarquons sur le bateau des très en forme Morell-Peikova, qui depuis le mois de février nous font rêver et absolument pas baver avec leur très esthétique tour de la méditerranée. Kalimera les colos et autres tufas complètement hallucinantes. Ok c’est « que » de la couenne mais c’est vraiment dément.

 

kalymnos 1819

 

... le rocher non plus !

 

Comme toujours, la prise de contact est difficile. Pourtant, les cousins envoient d’emblée du bois, Sylvain aussi, pis Olga et puis ... Bref, je suis le plus nul et ça rame sévère dans ce style ultra-physique. Va fouloir se bouger un peu pour faire du 7 et montrer qu’à la pédale 73, y en a au moins un qui sait grimper (ndlr : de source brésilienne, Benjamin David aurait lamentablement raté il y a peu un modeste 6a). Pas tant discount que ça donc, qu’on se le dise ! Heureusement, la piscine et les petits restos remettent du baume au cœur au petit grimpeur meurtri que je suis.

 

kalymnos 1847

 

Le corse en action

 

Thierry en bon manager, essaye d’animer la joyeuse troupe qui a résolument du mal à converger et tente d’imposer la loi martiale. Putain, merde, c’est les vacances, y en a qui bossent ;) Après une rentrée chargée et divers problèmes de bricolage, pas vraiment envie de tout caller aux petits oignons. Heureusement, on peut encore choisir ce qu’on mange au resto, donc ça va. A noter qu’ici, la bière commence à partir de la pinte, un bon point, ils savent vivre. A signaler également, le superbe accueil des autochtones.

 

la bonne

 

Le commandant Souchard en train de passer un savon au première classe Pellissier, auteur d’une saloperie de café à l’eau de mer !!

 

Dans le coin, y a du beau monde, les cracks de la discipline. En effet, c’est pas tous les jours qu’on dit bonjour à la copine de Chris Sharma ou qu’on croise les frères Pou. On les voit jamais à la Chambotte ces zozos, faudra vraiment m’expliquer un de ces quatre ...

 

kalymnos 1858

 

C'est vraiment graphique le rocher ici ...

 

Depuis trois jours maintenant, nous écumons les secteurs au dessus de Massouri. Allons donc voir du coté de Telendos, une île voisine pour le seul projet GV du voyage … Ou pas ! Un beau but car armés d’un topo en carton et de la boussole de Telendos, j’ai nommé Guillaume ;) nous errons telles des chèvres écervelées à la recherche de la bonne grotte. La p§%e comme on dit par chez nous !

 

kalymnos 1876

 

Olga a manifestement progressé ... un peu trop je trouve ;)

 

Le lendemain, à Sikati cave, je comprends que la couenne puisse être une fin en soit. D’abord, un endroit exceptionnel, une cave fermée à 360° perdue sur l’île, des plafonds bardés de stalactites, des voies d’ampleur : belles et homogènes et le coup de cœur absolu du séjour avec un 7b de 35 m : Armata Sikati. Après un premier run sanctionné par un plomb assez monumental (y a pas à dire, 10 mètres ça désinhibe !), je retourne terminer le travail. Grâce à un astucieux repos déniché par Clara, c’est la coche, jubilatoire ! Avant, j’aimais pas la couenne, mais ça c’était avant. Le lendemain, GP nous claque un joli 7c+ à Odyssay, bien vu !

 

kalymnos 1946

3613101sharmakaly-jpg

 

Jeux des sept différences : pas facile !

 

kalymnos 1942

 

En fait, il est musclé Guillaume !!

 

kalymnos 1979

 

kalymnos 1992

 

kalymnos 2001

 

Série du haut, comme les pros avec Clara, Iliana et Lucie ...

 

Les liaisons en scooter agrémentent et permettent de voir un peu de pays. Je te préviens Gaspard, t’auras jamais un truc pareil, ça tient rien la route et ça freine pas ! Les nuits sur le bateau ajoutent un charme certain à ce voyage et permettent ce se plonger un peu dans ce tour de la méditerranée mais une semaine passe vite et la visite de secret garden sonne le glas de la belle grimpe. Cap sur Pothia ! Souquez le patara et hissez la grand voile ! Le vent se lève, le bateau se penche, bercé dans la cabine, absorbé par tous ces bons moments, je m’endors… Efharisto les amis, c’était vraiment classe …

 

kalymnos 2017

 

Tiens, Nico ne fume pas ?

 

kalymnos 2039

 

Punaise, je cherche toujours un commentaire pour celle là !

 

kalymnos 2008

 

Bon voyage pour la suite ...

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #voyage

Repost 0

Publié le 3 Novembre 2011

Le Yosemite : un vieux rêve et un rendez-vous raté, il y a cinq ans avec le groupe espoir. Depuis, pas mal d’eau a coulé sous les ponts et le bonhomme a posé du camalot en quantité. C’est donc avec Greg et Lucie que je pars rendre visite au granit le plus célèbre du monde avec comme objectif principal le half dome (sans déconner !!).

 

A San Francisco, on prend tout de suite le pouls de la démesure américaine, autoroutes en ville, voitures (et gens) énormes, bouffe limite comestible ;) Bienvenue au pays de l’oncle Sam. Une fois la voiture récupérée, nous partons illico pour le yos où il n’est vraiment pas facile de crécher. Mais bon, une tempête nous chasse provisoirement. Première vision du half dome et d’el cap : c’est fat !

 

P1010502

 

Ben voilà, on y est, y a plus qu'à !!

 

Pendant que la neige tombe, nous faisons un petit tour à Séquoia Park et Kings Canyon. Deux belles journées mais j’avoue avoir plus envie de grimper que de faire de la botanique. Il me semble difficile de construire une phrase sans « Putain, j’irais bien grimper au half dome », au grand désarroi de mes acolytes.

 

P1020090

 

J'ai trouvé un nouveau taf au marketing chez La Sportiva ... On tente ??

 

Trois jours plus tard, le santa fé est de retour au temple du big wall. Le premier siège consiste à faire la queue devant la cabane du ranger pour avoir une place à camp 4, un exercice douloureux à cinq heure du mat lorsqu’il gèle. Le soleil refait enfin son apparition et nous en profitons pour prendre la température dans serenity crack. Une belle voie où l’on ne se fait pas trop secouer.

 

usa 0751

 

C'est parti !!

 

P1010591

 

Punaise, c'est juste dément !!

 

usa 0775

 

5.10a = 6a = combat

 

Encore un peu fatigués, on essaye le lendemain un petit secteur aux cotes lunaires. Deux 5.9 d’anthologie mais tout à fait terribles. Manquant un peu de matos, je me prends le combat du séjour dans une fissure verticale de 35 mètres. J’en sors en tremblant… Quelle claque !!

 

usa 0805

 

J'engage, les bras brûlent, 40 minutes de sport ...

 

Allez, on va chercher un peu de réconfort dans une voie plus tranquille : une tentative à Tuolumne Meadows avec le Fairview dome. La face est malheureusement en conditions pour le mixte écossais. Pourtant, le coin est superbe mais je commence à être dépité. Nous passerons ensuite l’après midi sur une falaise facile aux cotes aimables.

 

Le lendemain, le temps est maussade, on choisit donc une voie courte qui rappelle vite : Pillar of frenzy. Les trois premières longueurs sont splendides, c’est un véritable régal mais la pluie nous oblige à une retraite forcée. Trois longueurs, c’est un peu la hauteur max accomplie depuis le début : un comble pour un séjour au pays du big wall. De retour à camp 4, Marc, un américain super sympa compatit, prend du recul :

 

" You are in Yosemite, it’s better than nothing …

… better than nothing "

 

Mes camarades semblent supporter un peu mieux que moi cette frustration. Il pleut de plus belle … le vin californien coule aussi à flot ;)

 

Encore une petite voie pour attendre que ça sèche, demain on monte enfin au bivouac. Même si un ranger complètement débile nous interdit une première fois le permis car il y aurait déjà trois personnes, nous obtenons finalement le précieux sésame grâce à une collègue plus compréhensive et moins à cheval sur les règles. Pour le pays de la liberté, on aurait aimé plus de souplesse !! Mais le Yosemite est il est vrai victime de son succès.

 

Au pied de la face, la citadelle semble résolument imprenable. De plus, un bourdonnement sourd inexpliqué apporte à ce lieu une ambiance quasi religieuse. Il s’avéra par la suite que ce sont de simples mouches à l’origine de tout ce vacarme !

 

Le lendemain, vers 6h30 heures, nous remontons nos cordes placées la veille. Je commence par une longueur d’artif qui met bien dans le bain, ensuite ça déroule plus ou moins, avec de la grimpe pas trop soutenue. Par un petit crochet à droite, nous revenons dans la face proprement dite et cela se corse nettement. Les cheminées grimpent fort et engagent pas mal. Nous puisons dans nos ressources pour venir à bout de ces 17 premières longueurs car rien n’est donné ici. Vers 18h, Greg m’accueille enfin à sandy ledge. Plat de pâte / eau, il s’agit de recharger les batteries car nous sommes relativement rétamés.

 

P1010645

 

Tout est majeur ici ...

 

P1010644

 

Les redoutables cheminées ...

 

Soudain, un bruit sourd crève le silence, on croit d’abord à une chute de pierre mais il s’agit en fait d’une première wing suit qui nous offre un spectacle à couper le souffle, puis une deuxième et c’est le retour au calme. Coucher de soleil incroyable et nuit bien accrochée sur notre banquette perchée là-haut sur la montagne. Le lendemain, on voudrait sortir vite mais trois longueurs d’artif pénible nous séparent de la fin des difficultés. Puis vient enfin Thanks god ledge, un peu d’A0, un 5.7 et c’est le sommet : mémorable. Une forte émotion, comme à chaque grande course pour une expérience assez unique et la confirmation que le nose doit être une entreprise fort longue. Grimper, hisser le sac : un exercice physique, presque un travail ! Certains ne me contrediront pas ;)

 

P1010661

 

Le matelas est un peu ferme mais on échangerait notre place pour rien au monde ...

 

P1010664

 

Artif physique : il faut tenir bon !!

 

P1010673

 

Enfin : did it ... Happy !!

 

usa 0866

 

Pendant ce temps, Lucie nous montre ces talents de photographe ... Y a pas à dire, ça claque !!

 

Libéré d’une (inutile) pression, je profite enfin pleinement du voyage. Death valley nous proposera de grands espaces arides, des soirées la tête dans les étoiles... et dans la piscine : un bon moment sans trop de monde. Red rocks, un grès parfait, Vegas, de la viande en très grande quantité et beaucoup de lumière. Et puis encore SF et puis … au boulot maintenant !!

 

P1020177

 

Death Valley ...

 

P1020231

 

Des lieux résolument plein de charme ...

 

usa 0923

 

Easy climbing !!

 

usa 0938

 

Fin de trip ... Sniff ...

 

P1010790

 

Le Golden Gate ... c'est plus sympa que la fourrière et surtout, ça coûte moins cher !!

 

P1020278

 

San Fransisco down town !!

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #voyage

Repost 0

Publié le 14 Mars 2011

Une session de rattrapage en quelques sortes. On prend donc le train en route et partons avec Iliana, Jo et Michel, découvrir le massif du Wadi Rum qui fait partie de la to do list du grimpeur voyageur. C’est au petit matin que nous débarquons chez Ali, notre hôte bédouin dans le désert jordanien. Petit déjeuner, et une bonne sieste pour attendre l’ombre et se remettre du voyage…

 

Nous attaquons par la courte mais superbe Inferno, trois longueurs pour se mettre dans le bain et prendre contact avec le grès. Allez, un petit sandwich aux falafels, un bon repas et au lit.

 

P1010467

 

Non, ce ne sont pas les photos du best seller d'Arnaud Petit, mais la réalité: Enjoy !!

 

Lever 6h. The Beauty au programme de la journée. Une voie avec quelques longueurs où il faudra réviser ses gammes en dülfer. Pourtant, la première fissure bien qu’impressionnante se remonte aisément grâce à l’adhérence exceptionnelle du cailloux, on est bien loin de nos classiques calcaires surpatinées! Moments de bonheur, lorsque nous débouchons sur notre premier vrai sommet jordanien.

 

jordanie 0248

 

Iliana retrouve le grès parfait pour une fissure non moins parfaite !

 

jordanie 0259

 

Mon dieu, mais c'est énorme... (Gégène, à toi de jouer !)

 

jordanie 0261

 

... et il faut bien ça !!

 

Le massif à perte de vue, ces formes rondes, c’est beau, voilà ce que je suis venu chercher ici. Retour au son du muezzin dont l’écho remplit le désert d’une magie irréelle. Trêve de poésie, toute l'équipe a les crocs et s'en va démonter un bon diner chez Ali's place: l'adresse des grimpeurs affamés.

 

P1010490

 

La nature fait bien les choses et pense aux photographes !!

 

Mardi, direction Barrah canyon pour commencer par la très esthétique Merlin. Une bonne claque dans la première fissure (6a !). A signaler une chute ascensionnelle de câblé qui a failli me couter un œil.

 

P1010523

 

Barrah canyon...

 

P1010519

 

... et des fissures qui réveillent !!

 

P1010533

 

Le calme après la tempête...

 

Le bivouac est très sympa et demain, on monte d’un cran : the star of abu Judaidah! Encore une très belle voie, je me régale dans ces fissures variées. Petite pause au soleil et au calme et retour au camp de base pour opérer. Changement de casquette, je deviens chirurgien pour une ablation de points de sutures !

 

P1010547

 

Iliana joue avec le feu !

 

jordanie 0340

 

Un mur de toute beauté !!

 

Ce matin, une petite voie au programme pour consacrer une après midi à la visite de l'arche de Burdha. C'est l'occasion pour Lucie de faire ses premières armes en TA. Bon, il reste du travail mais Rome ne s'est pas faite en un jour !

 

jordanie 0352

 

Résumons: deux friends en carton, une sangle autour d'un bloc mal soudé...

 

jordanie 0355

 

... je reprends les choses en main !

 

P1010568

 

  la fameuse arche... Non, Lucie ne saute pas, tu feras mieux la prochaine fois !!


P1010572

 

Le désert...

 

L'équipe se sépare, Iliana, Jo et Michel quittent Rum pour un retour vers la capitale en prenant le chemin des écoliers. De notre coté, nous partons pour une rando bédouine qui traverse d'Ouest en Est le Djebel Rum. Une journée complète dans une solitude absolue. Une sensation nouvelle également, car si dans l’alpe, le chemin est toujours a peu prêt limpide, ici votre sens de l’itinéraire est souvent mis à rude épreuve. Seul petit bémol, une petite faute sur la fin qui nous a obligé à quelques pas d’escalade vraiment limites.

 

P1010589

 

Sommet lunaire: on a marché sur le Djebel Rum...

 

Nous sommes fatigués, voilà une journée de repos bien méritée! Direction Aqaba: Farnienté, snorkeling (les fonds marins sont de toute beauté), une petite bière en compagnie de collègues grimpeurs nancéens, (le monde est petit) ! On n’est pas mal !

 

Dimanche, dernier jour de grimpe. Allez, essayons de pousser un peu la machine! Sachant que ça descend en rappel, je me laisse tenter par Lionheart. La pression avant d’y aller trainer ses chaussons car apparemment, ça ne fait pas rire. Mais bonne surprise, je m’y sens vraiment bien et grimpe toutes les longueurs avec plaisir et détermination. C’est heureux que j’arrive au dernier relais. Contrat rempli !

 

jordanie 0420

 

Des fissures...

 

jordanie 0432

 

... encore des fissures et encore Bibi sur les photos car il ne prend jamais son APN !!

 

jordanie 0441

 

  la denière longueur du voyage, fabuleuse...

 

jordanie 0445

 

Bien content mais un peu entamé !

 

jordanie 0447

 

Un relais collector...

 

Au final, une ligne superbe qui clôture cette première partie grimpe. Et oui, je commence à être fatigué car si l’escalade n’est pas ultra physique, le TA ça use un peu !

 

La suite est plus touristique avec, pour commencer Petra, une des sept merveilles du monde. C’est vrai, c’est beau mais franchement, je suis déçu. L’ampleur des lieux est cassée par les aménagements type parc d’attraction. Regardez Indiana Jones et la dernière croisade et vous économiserez 50€.

 

P1010598

 

Petra, sans pinpins...

 

Quelques villes ensuite (Amman !), la mer morte, les sources d’eau chaude et un retour au bercail. Un survol du Mont Blanc hallucinant et nous voilà en Savoie. Heureux d'être rentrés avec le sentiment d'être partis depuis plus longtemps... La Jordanie, nous y retournerons, c'est une certitude: la guerre sainte n'a encore pas commencée...

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #voyage

Repost 0

Publié le 8 Novembre 2010

Que dire de ce voyage, une ambiance sympa, des voies au top, des paysages grandioses… et puis… punaise, ça m’apprendra à faire la maj en retard, j’ai oublié plein de trucs ! Voici donc une maj plutôt concise dont le concept est directement importé du 7ème continent ;)

 

Pour le plaisir, quelques photos de ce séjour où nous avons parcouru un beau paquet de voies : Mon best of (pas celui qu’on s’est tapé à Marrakech !):

 

« Barraka » pour l’ambiance et la variété de la journée, « Zebda » à égalité pour son caillou exceptionnel où on a pu cocher du 7b et « A boire ou je tue le chien » pour ses grandes envolées soutenues sur un mur magnifique.

 

P1010068

 

Marrakech la libertine...

 

P1010081

 

... Le reste de l'équipe, apparement plus concentré sur la grimpe (quoique!)

 

P1010089

 

Paysages d'ici...

 

P1010127

 

Couleurs et montagnes d'ici...

 

P1010142

 

Une des stars du coin: le Taoujdad (ceux qui en ont marre des paysages n'ont qu'à bien se tenir sinon je sors mes photos de fenêtres!)

 

P1010145

 

Fin de journée (et de trip) sur l'Atlas, snif!

 

C’est la tête plein d’images (le ventre plein de tajines) et de projets que nous rentrons en France. Nous reviendrons, c’est sûr : « rivières pourpres » et « axe du mal » sont encore pour nous des rêves lointains, pourtant, nous sommes déjà en chemin…

 

P1010179

 

Et bim le macdal, c'est moche mais ça fait un bien fou après dix tajines de suite!

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #voyage

Repost 0

Publié le 4 Octobre 2010

Voici une petite semaine de vacances attendue de longue date, pourtant le manque d’organisation du séjour augure quelques nuits sous tente à l’arrache loin de l’opulence de certains propriétaires de Partner aménagé en conséquence.

 

P1010010

 

Panorama d'un lieu de villégiature fort recommandable...

 

Direction l’Espagne et les Riglos où nous retournons avec plaisir armés cette fois-ci de paires de bras aptes à vaincre (enfin, on l’espère !) les terribles champs de patates déversants. Pas loin de 10 heures de route sont nécessaires depuis Chambéry… La première bonne surprise est le temps : grand beau lorsque nous passons la frontière. La deuxième; il y a de la place au refuge !

 

Clara et Guillaume nous rejoignent le soir même. Demain, nous jetterons notre dévolu sur Bixente Innocente, une voie, sur le papier pas trop dure pendant qu’ils parcoureront la Murciana. Nous nous retrouvons finalement tous les quatre dans le même tracé, une autre cordée étant déjà engagée dans leur objectif.

 

C’est très beau, typique du Pison : ambiance de dingue et grimpe physique par contre ça engage fort : plusieurs sections où une chute serait fort malvenue… Cela donne un certain cachet à la voie : les vacances commencent bien! A noter le premier test de la combinaison corde à simple et hissage, c’est un peu brouillon au début mais très agréable. Au passage, on se rend compte du dévers pris à chaque longueur lorsque le sac part du relais : dément !

 

P1010017

 

Guillaume en finit avec le 6b+

 

P1010019

 

Une cordée dans Murciana

 

A la descente, la boulette de champion : je me retrouve pendu en fil d’araignée, trop court pour toucher la terrasse ! Coincé à 10 mètres du sol, je confectionne un lasso avec le brin que je devais installer plus bas. Au bout de plusieurs essais, celui-ci se coince avantageusement dans une branche et me permet de saisir une prise et bientôt le relais. Retour au refuge qui s’est considérablement vidé, il n’y a presque plus personne, plus de ronfleurs !

 

P1010025

 

Summit !

 

Tant mieux, il faut reprendre des forces, demain c’est le grand jour.

 

Nous voici donc au pied de la fiesta de los biceps, objectif majeur de cette tournée Argonnaise. Zulu Demente, une voie parcourue il y a deux ans m’avait enchanté : ambiance monstrueuse, grimpe ludique : il fallait assurément revenir avec plus de forme pour cette fiesta !

 

Comme tous les objectifs de longue date, toujours cette petite pression à l’attaque : l’envie de bien faire le travail : le vutage quoi ! Le premier 7a est passé, plutôt technique sur un mur raide et patiné. Nous attaquons maintenant le dévers et les choses sérieuses : le pied total : on prend un plaisir de dingue dans cette voie. Ça engage juste ce qu’il faut, cette voie est vraiment exceptionnelle… Happy !

 

Le lendemain, retour au Pison pour Carnavalada. Sur le papier c’est assez méchant : deux 7a+… Les premières longueurs sont menées tambour battant. Nous voici au pied d’une longueur de 45 m en dévers sur petites prises. C’est Clara et moi qui nous y collons pour offrir sur un plateau ce petit bijou à nos deux compagnons de cordée. Belle voie, peu homogène finalement.

 

P1010036

 

Publicité gratuite!

 

P1010044

 

La rivière de pierre du Pison, version discount, enfin presque...

 

P1010038

 

Clara au sommet de ce 7a+, assurément plus dur en tête ;)

 

La suite du voyage s’annonce plus calme : direction Rodellar, un site de couenne mythique. Guillaume, déchainé signera quelques belles coches. Pour ma part, si le cadre m’a convaincu, je reste persuadé qu’il faut plutôt être dans le 8 pour profiter de ce site. Une belle croix quand même dans un mur déversant.

 

P1010047

 

Rodellar, c'est mignon...

 

P1010054

 

...avec son petit dauphin!

 

Il faut à présent penser au retour, direction l’Est et une étape à Montserrat avant de rentrer en France. Prise d’infos, jeu de pistes pour trouver les clés d’un refuge, fourvoyages multiples dans l’approche de la voie… C’est pas gagné cette affaire!

 

P1010065

 

Allez, on descend, c'est trop extrème!!

 

Enfin partis, nous restons coincés derrière deux cordées horriblement lentes, nous signons le but ! Retour en France pour signer un dernier but météo près de Montpellier.

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #voyage

Repost 0

Publié le 21 Avril 2010

Petit récit de ce trip bateau et grimpe. Quelques textes et beaucoup d'images, d'ambiances, de portraits en noir et blanc (ma nouvelle passion)... Voici donc un petit portofolio de ces dix jours de rêves.

Il faut malheuresement commencer par les basses besognes: les courses ou comment faire pour transiter 6 caddies de carrouf au bateau. Passage au temple de la consommation et de l'abrutissement.

 

P1000469

 

Nos provisions pour 10 jours...

 

Morceaux choisis lors du transfert:

un corse: "ho, vous faites quoi avec vos caddies???"

réponse à la biggard: "ça ce voit pas, je vais faire un tennis!!"

 

Il est à noter que cette réponse n'a pas été formulée exactement de la sorte, de peur de représailles.

On décolle donc tranquillement d'Ajaccio vers 14h, il fait beau avec un peu de vent. On prend le large et le rythme du bateau, on mange, on mange, on boit, on fume des clopes, on dort. Bon, il faut quand même se remémorer les rudiments pour faire avancer sans mettre le moteur ! drisse, winch, écoute, génois...

 

P1000471


Iliana fait semblant de barrer alors que Guillaume mange des chips. Ah bah

 non, il dort, pas de chance!


P1000472

 

Encore deux jours avant de regrimper... Comment tenir?? Hô monde cruel...

 

P1000484

 

El skipper! Notez le sourire, il n'a encore pas sorti le spi!

 

P1000493

 

Mais que vient faire ce portrait ridicule parmi mes chefs d'oeuvre??

 

P1000490

 

200 € le thé... C'est fort de café tout de même!

 

P1000495


Lucie a encore le sourire, nous n'avons pas encore sorti les chaussons!

 

P1000599

 

Tiens, Olga est réveillée!

 

Deux jours plus tard, nous hissons le drapeau de la team Chambéry sur les falaises sardes. Bliteskrieg sur une voie à l'après midi: l'alchimiste. Soleil, belle grimpe... Dans un trip bateau, la grimpe c'est la cerise sur le gateau, profitons donc de chaque instant !


Au passage, nous validons la tradition marine de ne jamais prononcer le mot "lapin" à bord. C'est  simple et limpide: trois fois, trois crasses: la voile, le temps maussade et la corde qui se coince dans l'hélice du moteur...

 

Après une journée de couenne rude, nous retournons à la grande voie: l'aiguille de goloritz sera alors un superbe moment. Une approche royale par la mer pour un sommet qui a vraiment fière allure. Belle grimpe au dessus d'une eau turquoise. Passage incontournable pour tout grimpeur Sarde qui se respecte!

 

P1000537


Clara, tout sourire, avant un pas de dalle complexe

 

Mais fini les journées de mickey. Il est temps d'aller faire pêter l'acide lactique dans la voie phare de la pointe Girardili: Sept ans de solitude. Après s'être allégé de quelques euros (le taxi; ça pique: 100€ pour 30 km, ça fait grosso modo du 3€ du km... Finalement, la fiesta bordeau de Saint Alban est bon marché!), nous partons à la recherche de l'attaque.

Un gros doute au départ à cause d'une météo moyenne et d'un niveau technique soutenu. Bon, ça passe, un peu aux forceps pour ma part. Je garde un souvenir du dièdre déversant en 6C+; un âpre combat. J'en sort complètement lessivé !! Un petit resto et une pizza gigante pour fêter ça?? Par contre le vino della casa sera infâme.

 

P1000553

 

Retro caméra sur la dure longueur... Sang et sueur

 

Encore un peu de couennasse, sur une plage remplie de pinpins. Une bonne session, je finis éclaté!

 

P1000584

 

Quelques pitreries... ça remue là haut!!

 

P1000611

 

Le bateau d'un fan... Montagne plaisir monte en puissance! Prends garde webmontagne!!

 

Promenade sur une côte sublime et quelques longeurs en dalle avant de quitter la Sardaigne...

 

P1000640


Le paradis??


Un peu de vent dans les bouches de Bonifacio!! J'essaye des réglages de voiles: Muff, ça ne s'improvise pas. L'arrivée au port est démente, on tire bords sur bords. Balade dans la ville, petit resto et c'est déjà l'heure de repartir. Il est 23H30, nous prenons la mer sous un fort vent. ça remue cette fois-ci.

 

P1000633

 

Action!

 

P1000649

 

Ou pas!

 

P1000652


C'est beau...

 

P1000653

 

Pastel !!

 

P1000659

 

Il est temps de repartir...

 

Arrivée au port d'Ajaccio avec une petite régate improvisée contre un autre voilier qui payera un manque de fair play flagrant part un arrachage total de son spi! Et bimm!! La mauvaise foi ne paye pas. Petit détour par le Cap Canaille pour trainer nos chaussons dans l'épée de damoclès.

Un très beau voyage!! Le retour au travail promet d'être difficile...

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #voyage

Repost 0

Publié le 18 Janvier 2010

Un voyage et surtout une voie qui me tenait vraiment à cœur : l’arête nord du Kaga Tondo, le rêve ! Avec Lucie, Fix et Thierry.

 

J1 : Le bus, le bus et encore le bus…

 

Après une petite nuit à Bamako, le rêve, ça commence par 18h de bus non-stop avec un choc thermique capable de briser n’importe quel pare brise en deux dixit Fernando de carglass : passage -10°C au soleil à +35°C à l'ombre… Nous arrivons au campement vers 3 heures du matin, au milieu de nulle part quelque peu hébétés par la route. La main de fatma apparait dans un ciel étoilé à tomber par terre… Le bivouac est vite installé la nuit sera courte !

 

PC060009

 

On est arrivé!

 

J2 : mariage traditionnel

 


PC060012

 

Un bon bivouac...

 

On se pose au camp chez Salva dans une hutte bien sympathique malgré la présence de scorpions sous certains lits ! Comme on n’est pas là pour acheter du terrain (surtout Fix et Thierry), on décide de grimper dès cet après-midi. Nous jetterons donc notre dévolu sur mariage traditionnel, une belle et classique entrée en la matière. La marche d'apporche plein caniar laissera des traces.

 

PC060013 (6)

 

La main de fatma en ombres chinoises, depuis le sommet du Wanderdu

 

J3 : Panique à Gotham city

 

Encore pas tout à fait remis du voyage, on choisit une voie qui permet une grasse matinée : Panique à Gotham City, itinéraire majeur du Wanderdu. Rencontre avec Den’s (le réalisateur du fim qui m'a donné envie de partir à Mada) et Virginie, qui avaient peur de nous retarder ;) On s'est tous régalé sur cet itinéraire à la raideur diabolique.

 

PC060013 (1)

 

Lucie dans le 6c

 

J4 : Voie Pujos ou éperon nord du Kaga tondo

 

Une voie fantastique, vraiment typée montagne. Sur le papier, les cotations ne sont pas extrêmes mais ça grimpe et ça protège pas tous les mètres ! J’assurerai le réversible jusqu’à tomber sous la variante du dernier gendarme: un 6b+ quasi improtégeable sur 10 mètres : ça je ne sais plus faire ! Thierry s'en chargera à merveille.

 

C’est parti pour la variante en 6b+ obligatoire voir mortel. Cette petite erreur permet de gravir intégralement cette arête nord! Personnelement, je m'en serais bien passé. Après un rappel bien gazeux, on reprend l’itinéraire. La brèche ressemble plus à une brèche et le 6a à un vrai 6a !

 

PC060013 (71)

 

LA ligne...


La sortie au sommet me remplit d'émotion: quelle chance de parcourir ce genre de ligne! Vraiment des moments exceptionnels... Nous sommes de retour au camp le soir même, un peu cassés. Pour moi, le voyage est réussi, le reste c’est que du bonus !

 

J5 : Repos et portage au col du Wanderdu

 

PC120021

 

Une belle vue de la salle à manger!

 

Pendant que les furieux sont partis regrimper au Kaga Pamari, nous nous accordons, Lucie et moi une journée de repos bien méritée. Au programme, une bonne douche, un repas à midi et un portage le soir au col pour passer le réveillon : Si l’apéro augure une grosse soirée, l’animation s’éteint vite, le stock de bière ne permettant pas de faire des folies. Champagne et Nouvel an avec les poules !

 

PC060013 (77)

 

2009 se termine...

 

J6 : BMW

 

Pas envie de grimper aujourd’hui. Mais bon je suis le mouvement et fait cordée avec le fiston, à qui cela ne pose pas vraiment de problèmes d’assurer la tête. La voie est vraiment belle et très soutenue pour les difficultés annoncées. Super ambiance avec les Belges. La descente par la voie Habert proposera une vue fantastique sur le Kaga Tondo. Encore un retour à nuit…

 

PC060013 (57)

 

Lucie et Thierry au soleil!

 

J7 : Voie normale du Wangel Debridu

 

Semi journée de repos car la voie est pas bien longue et pas bien dure. Comme le rocher est pas bien bon,  il faut rester un peu concentré quand même. Les acharnés sont partis dans une voie dure : le Cri.

 

J8 : Vuelva usted Mañana

 

Une voie ludique avec un toit monstrueux : 6 mètres d’avancée plein gaz sur des points douteux. L’exercice est intéressant, l’ambiance marquée !

 

PC120029

 

Fix, heureux de mousquetonner un point digne de confiance

 

PC120035

 

Les ravages de l'alcool

 

Arrivés aux rappels, on croise Den’s et Virginie qui sortent de l’éperon : ils n’ont pas trainé ! Deux 8,6 au camp et tout le monde est cuit !

 

J 9 : Un b(o)ut de la guy habert

 

Départ tardif pour ne pas grimper sous le soleil. Arrivée à la grotte. La motivation et la fatigue ordonnent une descente. Seul l’inépuisable Fix voudrait continuer. La suite semble effectivement superbe.

 

J10 : Hombori

 

Bienvenue au pays des coqs débiles qui réveillent tout le monde à deux heures du mat’. Bienvenue au pays de la viande qui détruit l’estomac. Bref deux non nuits. La première journée sera consacrée à la visite du marché et à un repos bien mérité.

 

PC140035

 

art déco!

 

PC140046

 

Un moment rare! Mais de quoi rêve-t-il?? Surement de vélo, le scoop du voyage!

 

J11 : L’échapée salvatrice.

 

Il faut aller la chercher celle-là ! L’approche est pas simple avec moult plantes agressives. Une belle voie quand même, sans plus car si les premières longueurs sont prometteuses, l’intérêt s’amenuise au fur et à mesure que l’on s’élève. Néanmoins le cadre est toujours aussi beau. Ambiance décontractée, c’est le dernier jour de grimpe… mais encore une nuit ABO !

 

PC150113

 

Lucie en termine avec l'échapée: on range les chaussons (Fix pourra brûler les siens)!

 

J12, 13 et 14 : retour en douceur et en chaleur vers Bamako

 

Visite de Mopti, Ségou… Un peu de tourisme, ça repose. Des hôtels avec du confort, on  ne va pas bouder notre plaisir ! Je suis content de repartir. Retour sans soucis malgré la petite frayeur en arrivant sur Paris : j’ai échangé mon sac ! Quid des 2k€ de matos?? Heureusement, ils sont bien rentrés chez bibi une semaine plus tard.

 

PC180231

 

Une Pinasse sur le Niger

 

Un bon trip quoi ! Vivement le printemps pour faire du vélo… grimper je veux dire !

 

En cadeau, un petit diapo en musique!

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #voyage

Repost 0

Publié le 22 Septembre 2009

Voici un petit film de ce voyage fantastique en tous points... Probablement quelques textes à venir!

mada, le film

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #voyage

Repost 0