Publié le 21 Mai 2013

Reprise : un moment attendu et redouté par les grimpeurs. Attendu car le printemps se fait gentiment désirer et redouté car après six mois d’abstinence, la reprise risque de mettre une bonne fessée à nos égos, mais nous y voilà, enfin ... Dans les derniers relents alcoolisés d’une folle nuit, la 206 prend la direction de la Jonte pour la révision générale du début de saison. C’est sauvage, classieux, béton mais pas suréquipé le pays. On embraye donc difficilement mais nous passons au final trois belles journées de grimpe avec un peu de canoë et de marche, le tout dans la plus pure tradition montagne plaisir. Je retiendrais de ce coin le fabuleux secteur des vases : cirque aux formes improbables gardé par les vautours …

Des gorges ; des vautours et de la bonne caillasse …
Des gorges ; des vautours et de la bonne caillasse …
Des gorges ; des vautours et de la bonne caillasse …
Des gorges ; des vautours et de la bonne caillasse …

Back home, back office. L’occasion de retrouver le maintenant très rodé discourt d’Evelyne Dhéliat : pluie, pluie, froid : Fait chier ! Pourtant, le viaduc du 8 mai semble offrir une superbe opportunité de varapper au sec mais toujours dans le Sud pour d’autres gorges plus profondes, plus belles, plus grandes : celles du Verdon ! Organisé par la BBT©, sorte de multinationale de l’évènementiel basée essentiellement en Suisse, le weekend démarra le 8 au soir parce qu’en Suisse, on bosse le 8.

Mais l’occasion faisant le larron : Aurélien me propose ni plus ni moins que la première répétition intégrale de son bébé au Peney, véritable temple de la grimpe chambérienne. Pourtant y a pas de gorges au Peney. Et c’est pas le couple de corbeaux labélisé natura 2000 qui rivalisera une seule seconde avec les majestueux B52 de la Jonte. Pour la bonne caillasse, faudra également repasser. D’ailleurs, le rocher préparerait plutôt bien aux courses de l’Oisans sauvage ;) Mais en fin limier, Aurélien a su trouver une jolie ligne ma foi fort soutenue et bien équipée : du beau boulot ! L’occasion de rendre ici, un hommage appuyé au travail des ouvreurs, souvent acharné et passionné qui permet à la communauté de se régaler sans trop se fatiguer. (A noter que si tu lis cet hommage et que tu as ouvert la voie saix toy aux tours d’areu, cet hommage ne te concerne pas). Cela dit, ce n’est pas une raison pour mettre trois étoiles à poney club Monsieur Grange ;)

Des gorges ; des vautours et de la bonne caillasse …Des gorges ; des vautours et de la bonne caillasse …

Le soir même, un suisse en forme nous cueille à Chambéry. Caressant des perspectives lumineuses faites de refuges bondées de suédoises prêtes à tout pour summiter l’aiguille du tour, notre ami est là pour préparer les prochaines échéances ! Après avoir masterisé le ski, il repart sur la grimpe afin de faire mentir à tout jamais son surnom peu vendeur de « sac de hissage ». Armés d’une solide liste pas trop dure mais pas trop facile non plus, la mythique cordée du half dome déroule trois superbes journées sur du caillou de rêve en parallèle de Lucie & Aurélien. A noter un gros coup de cœur pour « ça passe ou sarcasme ». Seule ombre au tableau, le défilé incessant de goldwing assez dégueux. Pour les non avertis, ce sont des motos grosses comme des Twingo avançant aussi vite que des vélos et qui font autant de bruits qu’un A380. Un petit désagrément qui ne changera pas ce constat: le Verdon, c’est la Mecque de la grimpe. Amen !

Putain la bécanne, notez le porte gobelets: superbe !

Putain la bécanne, notez le porte gobelets: superbe !

Voir les commentaires

Rédigé par Fabrice

Publié dans #grimpe

Repost 0