La Rébuffat Terray

Publié le 24 Novembre 2010

Quatre ans que nous n’avions pas été encordés en montagne et seulement cinq minutes, vendredi dernier pour se décider à partir dans le massif du Mont Blanc. Nous savons la Rébuffat Terray en bonnes conditions ce qui nous décide à tenter le coup en faisant confiance à la météo la plus optimiste.

 

Sous un soleil radieux, nous quittons la gare du Montenvers non sans avoir admiré Drus et Jorasses sous leur habits d’hiver ; que c’est beau !

 

P1010242

 

Grande classe...

 

S’en suit alors une longue traversée pour rejoindre le refuge du plan de l’aiguille, la neige ralentissant notre progression. De loin, nous apercevons la ligne, ça à l’air pas mal.

 

P1010243

 

En route pour l'aventure!

 

Après un lever de lune fantastique sur le Grépon, nous entrons finalement dans la salle plutôt spartiate de notre abri pour la nuit. Nous sommes avec deux anglais qui projettent la même ascension; l’occasion de se dérouiller un peu dans la langue de Shakespeare. Un coup de téléphone de Fix qui prévoit la même ascension, Jocelyn qui vend du saucisson : le portable sans fil porte vraiment mal son nom…

 

Lever 4h, dès les premiers pas, j’ai vraiment du mal, la fatigue, un début de crève ? Aujourd’hui, je vais en baver, ça c’est sûr ! On brasse énormément : 3h heures pour atteindre le départ de la goulotte. Nico attaque la première rampe. Pour ma part, je vais aujourd’hui, rester sagement derrière parce que je suis complètement sec et puis parce que c’est pas donné cette affaire !

 

Nous avalons la première partie en corde tendue avant d’arriver au pied des hostilités. Que dire ; c’est diablement soutenu et magnifique. Du coincement de lames, du plaquage fin : très très classe. Malheureusement, un invité de dernière minute nous rejoint : le mauvais temps. Une pluie continue de spindrifts s’abat alors sur nous et nous entame encore plus…

 

rebuffat-terray 0268

 

Sublime et difficile ascension...

 

7h après avoir passé la rimaye, nous débouchons au col. La voie est sortie et c’était pas gagné. Encore bravo à Nico pour sa maestria dans ces passages de mixte ardus ! Cette ligne est absolument majeure.

 

rebuffat-terray 0273

 

Ambiance!

 

rebuffat-terray 0272

 

Un peu fatigué??

 

Descente, toujours sous un flux continu de petites coulées. Ne pas faire de conneries. Fatigue, mauvais temps, lassitude : le cocktail explosif pour faire des boulettes dans les rappels. Malgré la tempête, le froid, j’ai l’étrange sentiment d’être dans une bulle, à l’abri sous ma capuche et mes nombreuses couches, complètement coupé de mon environnement, concentré sur mes gestes et les quelques bouts de rocher et de glace que j’arrive à distinguer autour de moi. Sensations différentes d’une belle journée où l’on a vraiment l’impression de faire partie du décor.

 

La nuit nous accueille aux sacs laissés en bas. Premier constat : c’est bien plaqué. Le terrain s’est miné en 2h de temps avec ce vent de folie. Le retour au refuge consiste alors à trouver une sortie dans ce labyrinthe blanc où l’impasse est une pente plaquée. On s’en sort pas trop mal : la chance, la lecture du terrain ? Un peu des deux… Dans le noir, nous distinguons enfin une grosse masse: la gare intermédiaire, soulagement et relâchement. Le refuge est proche!

 

rebuffat-terray 0275

 

Les joies de la montagne...

 

Finalement, Olga et Fix sont montés pour nous voir (et nous donner à manger), inquiétés de n’avoir réussi à nous joindre. C’est sympa ! Absorbés par la voie, nous n’avons pas pensé une seule seconde à donner de nos nouvelles…

 

rebuffat-terray 0276

 

On est nettement mieux! (Notez les ustensils de cuisines ;)

 

La soirée sera consacrée à faire de l’eau, manger et discuter. Dehors, ça bastonne sec ! Après une nuit réparatrice malgré l’humidité et le froid, nous descendons rapidement sur Cham sous un beau soleil (météo crash !). Un thé et une clope au soleil d’Argonay, un aprem glandouille chez ma sœur dans son douillet appartement: contrastes…

 

P1010245

 

L'aventure... à deux pas de la maison!

Rédigé par Fabrice

Publié dans #montagne

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

el fiston 30/11/2010 18:21


si je puis me faire-mettre: ma tronche sur la dernière photale est une connerie en soi ;-)


Gegene 25/11/2010 17:00


Montagneplaisir se laisse aller au récit un peu chiant de montagne qu'il critique dans une sortie précédente ?


Fabrice 25/11/2010 17:15



Un texte sans connerie il est vrai, assez introspectif, j'ai essayé de transcrire les émotions de cette journée où on s'est pas vraiment marré. En attendant d'oublier un sac dans une voiture pour
une maj plus drôle!



Guillaume 25/11/2010 08:31


On ne voit plus le titre de l'article "La Rébuffat Terray"... Bon petit récit auquel on pourrait entrevoir une morale ? En même temps restez chez soi au chaud ça devient vite chiant ;-)